Menu

Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port-Royal (cultes tous les dimanches 10H30) & La Maison Fraternelle (cultes tous les dimanches à 18H30 (hors vacances)


" Le Dieu sensible" - Prédication du 18 juin 2017.



 TEXTES DU JOUR
Deutéronome 8, 1 à 18 ; Evangile de Jean 6, 51a (voir infra)
  PRÉDICATION
La Bible, toute la Bible, raconte la relation de l'humain avec Dieu. Elle raconte la rencontre de la conscience humaine avec un Dieu personnel.
Une personne : pas une idée, qu'on pourrait enfermer dans un système de pensée, même sophistiqué. Une personne et pas simplement une force, une énergie. Un Dieu personnel. Unique. Unique en son genre. On ne sait pas grand chose de lui, mais on découvre, en lisant nos Ecritures, une chose. Il est décrit comme un Dieu sensible. Sensible comme tout ce qui est vivant a une sensibilité. Toute la Bible, évoque la manifestation de cette sensibilité envers l'humanité, et toute la création.
Ce Dieu sensible manifeste peut-être cette sensibilité dans d'autres espaces, dans d'autres domaines, mais ce que nos Ecritures racontent c'est- comment dire – ce couloir relationnel , ce lien entre Dieu et son humanité au milieu de sa création.
La langue grecque définit bien l'espace de ce lien : o Kosmos, « le monde » , qui contrairement à ce qu'on imagine n'est pas « tout », comme l'univers qui se dit en grec «  to pan ».
C'est vrai qu'en lisant la Bible, nous pourrions avoir l'impression que ce Dieu ne s'occupe que de nous. Qu'il n'a que ça à a faire. L'impression qu'il est enfermé avec nous. C'est juste que nous ignorons le reste, sa vie, en dehors de ce « monde » où nous sommes, qui n'est pas tout l'univers. Mais ce que nous avons découvert au moyen de la foi : c'est son choix de s'attacher à son humanité, au milieu de ce monde-ci. Ce monde où il y a Charles et où nous sommes tous, chers frères et sœurs venus aujourd'hui dans ce Temple.
La sensibilité de ce Dieu est décrite de nombreuses façons, sous diverses manifestations. Par des promesses d'amour, des colères ardentes, des sauvetages in extremis, des réparations, mais aussi des retraits, et des formes-oui- d'abandon, quand ces humains, parfois, se mettent à « enfler », comme dit notre texte du jour. Quand ils « enflent » , et se mettent à jouer à être Dieu.
Ce Dieu est sensible aux caractéristiques de cette humanité. Il sait, ou même découvre parfois, que cet humain qu'il a créé , collectivement libre, a beaucoup de curiosité. Il sait qu'il a peu de morale spontanée. Il sait qu'il est myope aussi . Que cet humain a du mal à voir et à aimer au-delà de son territoire. Il sait que cet humain aime le conflit . Le Dieu biblique connait la capacité de l'humain à inventer, à s'inventer sans cesse. Il connait son imaginaire puissant. Le Dieu biblique parle toutes les langues de ces humains et il connait tous les symboles que cet humain invente pour échafauder son monde par des représentations et en mettant des lampes sur ces échafaudages parfois branlants. Parce que cet humain, il a peur de la nuit, peur de sa solitude dans l'univers. Il sait aussi , ce Dieu sensible, que cet humain est un rêveur constant et qu'il a très peu le sens du Réel. Ce qui le conduit souvent à créer des choses sublimes, mais aussi à favoriser des catastrophes, car il a du mal, cet humain à sentir le sol sous ses pieds. Il a du mal à se rappeler la poussière d'où il vient, et vers laquelle il retournera.
C'est pour ou malgré toutes ces caractéristiques, et aussi parce que ces humains sont ses enfants, que le Dieu qui est raconté dans nos Ecritures, donne des paroles faisant office de commandements qui ont pour but de donner à cet humain la capacité de vivre, avec lui même, avec les étrangers sur son sol, et de rester en sympathie avec le reste de la création.
Et ces paroles vous en connaissez une dizaine, appelées les 10 commandements par la tradition, et vous connaissez aussi peut être le résumé qu'en fait Jésus : tu aimeras ton Dieu de toute ton âme, de toute ta force, de toute ta pensée, et ton prochain comme toi même – ou ton prochain qui est comme toi-même.
Mais là, où la sensibilité de Dieu pour ses enfants est vraiment déchirante, c'est quand il ne cesse de répéter, et vous l'avez entendu dans ce texte :
Garde-toi d'oublier l'Eternel, ton Dieu.
Ou en d'autres termes : « ne m'oublie pas ». Une phrase sentimentale, par définition.
2 Rois 17:38 Vous n'oublierez pas l'alliance que j'ai faite avec vous,
Proverbes 4:5 Acquiers la sagesse, acquiers l'intelligence; N'oublie pas les paroles de ma bouche, et ne t'en détourne pas.
Et le psalmiste arrive à dire :
Psaumes 103:2. Mon âme, bénis l'Éternel, Et n'oublie aucun de ses bienfaits!
Le problème c'est que cet humain, parmi toutes ces caractéristiques, en a une qui est aussi sa grande force, c'est sa faculté d'oublier.
Et s'il s'agissait de trouver le principal problème théologique de la Bible, ce serait l'oubli de Dieu, l'oubli de ces commandements – a t-il donné des paroles de vie à son peuple ? - je ne sais pas, ou j'ai oublié – c'est très ancien tout ça -
et ce nuage d'oubli entraine avec lui d'autres oublis, en particulier l'oubli des malheureux, des souffrants. L'oubli de Dieu, de ses paroles, a une conséquence, l'oubli de mettre en pratique beaucoup de commandements, qui sont des commandements de préservations du peuple, des commandements sociaux , basiques, évidents , et oubliés. Les commandements pour l'autre, cet autre qu'il est aussi, ce Dieu sensible.
Nous laissons mourir des gens dans la rue. Nous laissons des tours s'enflammer dans nos métropoles. Fautes de soins. Ce n'est pas que nous sommes méchants. C'est que nous sommes des oublieux. Non seulement nous ne faisons pas ce qu'il faut, mais nous oublions que nous n'avons pas fait ce qu'il fallait.
Alors oui, du coup, dans la Bible nous trouvons aussi beaucoup de plaintes humaines qui se demandent si Dieu ne nous oublie pas. Mais avec cet axe de la sensibilité que j'ai évoqué, il n'y aurait rien d'étonnant qu'il oublie aussi. Tant de trahisons, tant de ruptures d'alliance, ça pourrait finir par lasser. Le Dieu biblique n'est pas un automate, un distributeur automatique d'amour. Il peut se rétracter. Il est libre. Ce n'est pas une idée, c'est – même si le mot est insuffisant et pauvre , comme n'importe quel mot pour parler de Dieu. C'est une personne. Réelle. Vivante. Sensible.
Mais toutes ces plaintes qui se manifestent souvent dans l'histoire biblique après des périodes d'oubli radical par l'humain des commandements donnés par Dieu, semblent pousser Dieu à sortir de sa retraite pour se convertir de nouveau.
Ainsi, la nouvelle alliance, le nouveau testament, la venue de Jésus Christ dans un monde abîmé par l'occupation Romaine, par la corruption des religieux officiels, abîmé par la peur, et y compris par la peur de Dieu qu'on n'arrivait plus à voir au travers d'un maillage de préceptes qui avaient transformé la spiritualité en prison. Ainsi, cette nouvelle alliance est un nouveau don du Dieu sensible pour son humanité, un don extrême, car Dieu donne sa vie même.
C'est ce que raconte notre nouveau testament : Encore une fois, Dieu renouvelle son alliance. Et tous ceux qui ont rencontré Jésus-Christ, dans les temps de son ministère, ou au travers une rencontre étonnante dans un moment d'inspiration dans la lecture des textes ou dans l'écoute du monde, se sont rappelés qu'il font désormais partie d'un peuple qui lui aussi peut proclamer comme les hébreux qu'il a été délivré de l'esclavage, délivré de la solitude, délivré de la peur, et chaque membre de ce peuple peut partager le pain avec ses frères et sœurs comme les hébreux ont été nourris de la manne dans leur désert.
Et quelqu'un comme le disciple Pierre, pourra dire à son Christ : je ne t'oublierai jamais, je te ne renierai jamais.
Mais évidemment, il a renié. On finit par décrocher, même d'une expérience forte et spirituelle dans notre existence, même d'un moment d'intense révélation. On décroche. On oublie. Et éventuellement, on peut aussi «ne plus sentir la terre sous ses pieds » comme pouvaient la sentir ceux qui sortaient du fleuve de leur baptême et qui rejoignaient leurs compagnons sur la rive et la terre ferme. On peut se mettre aussi à décoller du sol, à « enfler » , à oublier le fait même qu'on oublie.
Mais la Bible, cette littérature de la grâce, dit que ce n'est pas fatal. Les écritures nous ont été données, non pas pour dire l'alpha et l'omega, non pas pour nous révéler tout ce que l'univers recèle comme mystère, non pas pour comprendre tout de Dieu – je rappelle que la Bible, à tout le moins – ne raconte que cette relation particulière qu'il a avec son humanité, au milieu de sa création – mais elle nous a été donné pour que nous lisions, écoutions, traduisions, interprétions, elle nous a été pour en faire notre miel, pour en débattre, pour éclairer des moments de notre vie entre nous et aussi avec ce Dieu sensible, à la seule fin de ne pas oublier . Cette Bible nous a été donnée pour que nous en transmettions la bonne nouvelle. De générations en génération. Pour ne pas oublier qui nous sommes, ce que nous sommes, ce dont nous avons réellement besoin, et qui a besoin de nous.
C'est pourquoi pour toi Charles, qui a choisi d'être baptisé en ce jour, toi qui fais partie de ce peuple humain génial et oublieux, je n'ai qu'une recommandation, c'est que tu fasses des Ecritures ton miel, en toute liberté, qu'elle soit ta nourriture et ta manne, ton pain, ta boussole, ton repère. La simple pratique de l'étude, de la lecture biblique, le fait de parler de tes découvertes à quelqu'un d'autre, te préservera de l'oubli de ce qui te fonde, de ce qui est le bien commun de la création, te préservera des illusions mondaines, et te permettra de rester libre comme, librement aujourd'hui, tu as voulu ce baptême, que tes parents ont accepté de demander pour toi et sous ta pression et détermination.
Comme Dieu est une personne réelle, toi aussi. Il y a des textes inspirés et inspirants qui parlent de cette rencontre possible, de ses élans, des ses aléas. C'est pour toi, à ta façon.
Bienvenu dans ton Eglise.
Amen.

LECTURES DU JOUR : 

Deutéronome 8, 1 à 18

1Vous observerez et vous mettrez en pratique tous les commandements que je vous prescris aujourd'hui, afin que vous viviez, que vous multipliiez, et que vous entriez en possession du pays que l'Eternel a juré de donner à vos pères. 2Souviens-toi de tout le chemin que l'Eternel, ton Dieu, t'a fait faire pendant ces quarante années dans le désert, afin de te rendre humble et de t'éprouver, pour savoir quelles étaient les dispositions de ton coeur et si tu garderais ou non ses commandements. 3Il t'a rendu humble, il t'a fait souffrir de la faim, et il t'a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas et que n'avaient pas connue tes pères, afin de t'apprendre que l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l'Eternel.

 4Ton vêtement ne s'est point usé sur toi, et ton pied ne s'est point enflé, pendant ces quarante années.

 6Tu observeras les commandements de l'Eternel, ton Dieu, pour marcher dans ses voies et pour le craindre. 7Car l'Eternel, ton Dieu, va te faire entrer dans un bon pays, pays de cours d'eaux, de sources et de lacs, qui jaillissent dans les vallées et dans les montagnes; 8pays de froment, d'orge, de vignes, de figuiers et de grenadiers; pays d'oliviers et de miel; 9pays où tu mangeras du pain avec abondance, où tu ne manqueras de rien; pays dont les pierres sont du fer, et des montagnes duquel tu tailleras l'airain. 10Lorsque tu mangeras et te rassasieras, tu béniras l'Eternel, ton Dieu, pour le bon pays qu'il t'a donné.
11Garde-toi d'oublier l'Eternel, ton Dieu, au point de ne pas observer ses commandements, ses ordonnances et ses lois, que je te prescris aujourd'hui. 12Lorsque tu mangeras et te rassasieras, lorsque tu bâtiras et habiteras de belles maisons, 13lorsque tu verras multiplier ton gros et ton menu bétail, s'augmenter ton argent et ton or, et s'accroître tout ce qui est à toi, 14prends garde que ton coeur ne s'enfle, et que tu n'oublies l'Eternel, ton Dieu, qui t'a fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude, 15qui t'a fait marcher dans ce grand et affreux désert, où il y a des serpents brûlants et des scorpions, dans des lieux arides et sans eau, et qui a fait jaillir pour toi de l'eau du rocher le plus dur, 16qui t'a fait manger dans le désert la manne inconnue à tes pères, afin de te rendre humble et de t'éprouver, pour te faire ensuite du bien. 17Garde-toi de dire en ton coeur: Ma force et la puissance de ma main m'ont acquis ces richesses. 18Souviens-toi de l'Eternel, ton Dieu, car c'est lui qui te donnera de la force pour les acquérir, afin de confirmer, comme il le fait aujourd'hui, son alliance qu'il a jurée à tes pères.

Evangile de Jean 6, 51a
 

Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement 

.