Menu


Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port Royal & Maison Fraternelle

De la répudiation à l'apostasie ? culte du 3 octobre 2021



« Jeune fille écrivant une lettre » Vermeer
« Jeune fille écrivant une lettre » Vermeer
lectures,_predication,_et_musiques.mp3 Lectures, prédication, et musiques.mp3  (49.03 Mo)

En écoute, les lectures, de la musique

La prédication commence à 5'30

MUSIQUE

 

SALUTATION- LOUANGE

 

En communion, recevons ce qui nous est donné en ce beau jour, la grâce, l'esprit, et la paix.

 

Nous nous recueillons un instant pour demander à Dieu la bénédiction pour ce moment, pour lui demander l'inspiration dans la mise en écoute des écritures bibliques de ce jour, pour lui demander la ferveur de chanter les chants qui tous seront annoncés.

 

Recueillons nous, un bref instant.

 

L'oiseau lui-même s'est trouvé une maison

et l'hirondelle un nid pour abriter sa couvée

et moi, j'espère ta présence, 

Éternel, Dieu de l'univers

mon Roi et mon Dieu !

 

Heureux ceux dont tu es la force

des chemins s'ouvrent dans leur cœur

 

PSAUMES 122.1-8

1 Chant des montées. De David. Je me réjouis quand on me dit : Allons à la maison du SEIGNEUR ! 2 Nos pieds se sont arrêtés à tes portes, Jérusalem ! 3 Jérusalem, tu es bâtie comme une ville qui forme un ensemble bien uni (...)

6 Demandez la paix de Jérusalem ! Qu'ils vivent tranquilles, ceux qui t'aiment ! 7 Que la paix soit dans tes remparts, et la tranquillité dans tes palais ! 8 A cause de mes frères et de mes amis, je dirai : Que la paix soit en toi

 

 

CHANT 12/04 STROPHES 1, 2 3, 4, 5, Le Tout-Puissant est mon berger..., page 175

 

 

PSAUME 48

10Dieu, à l'intérieur de ton temple,

nous faisons à nouveau l'expérience de ta bonté.

11Dieu, tu es célèbre jusqu'au bout du monde ;

jusqu'au bout du monde on te louera.

Ta main droite est remplie de bienfaits.

 

CHANT DU 13-03, Quand les collines.., page 204

 

REPENTANCE

Éternel, nous te rendons hommage car tu es pour toujours, 
notre Dieu, de génération en génération,
tu es le rocher de nos vies, le bouclier de notre salut.

Près de toi se trouve le pardon,
pour que l'on puisse toujours se tourner vers toi.

Des profondeurs, je crie vers toi, Éternel,
... Éternel, écoute mon appel !

 

CHANT 41/20 STROPHE 1 Jésus tout l'univers entonne..., page 588

 

(silence)PARDON

Nous sommes le peuple auquel tu dis:

« Je marcherai devant toi,

J'aplanirai les chemins accidentés,

Je romprai les portes de bronze,

Et je briserai les verrous de fer.

Je te donnerai des trésors cachés, des richesses enfouies,

 

CHANT 41/20 STROPHE 2 et 3

 

 

VOLONTÉ DE DIEU LECTEUR

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi;

mais moi je vous ai choisis et je vous ai établis afin que vous alliez et que vous portiez du fruit,

et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne.

Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres.

CHANT 41/20 STROPHE 4

 

 

PRIÈRE D'ILLUMINATION LECTEUR

Seigneur viens bénir ces lectures et la prédication. Donne nous aujourd'hui notre pain. Inspire ton Eglise pour qu'elle le partage.

 

 

 

 

 

 

 

LECTURES LECTEURS

 

HÉBREUX 2

9cependant nous voyons celui qui a été fait un peu inférieur aux anges, Jésus, couronné de gloire et d’honneur, à cause de la mort qu’il a soufferte ; ainsi, par la grâce de Dieu, il a goûté la mort pour tous.

10 En effet, puisque celui pour qui et par qui tout existe voulait conduire beaucoup de fils à la gloire, il convenait qu’il porte à son accomplissement, par des souffrances, le pionnier de leur salut. 11Car celui qui consacre et ceux qui sont consacrés sont tous issus d’un seul. C’est la raison pour laquelle il n’a pas honte de les appeler frères...

 

MARC 10

1 Parti de là, il vient dans le territoire de la Judée et de l’autre côté du Jourdain. Les foules se rassemblent encore auprès de lui ; selon sa coutume, il se remit à les instruire.

2 Des pharisiens vinrent lui demander, pour le mettre à l’épreuve, s’il est permis à un mari de répudier sa femme. 3Il leur répondit : Que vous a commandé Moïse ? 4– Moïse, dirent-ils, a permis d’écrire une attestation de rupture et de répudier. 5Jésus leur dit : C’est à cause de votre obstination qu’il a écrit pour vous ce commandement. 6Mais au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme ; 7c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, 8et les deux seront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. 9Que l’homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni !

10 Lorsqu’ils furent à la maison, les disciples, à leur tour, se mirent à l’interroger à ce sujet. 11Il leur dit : Celui qui répudie sa femme et en épouse une autre commet l’adultère envers la première, 12et si une femme répudie son mari et en épouse un autre, elle commet l’adultère.

 

MUSIQUE BRÈVE

 

PRÉDICATION

 

Aujourd'hui, nous sommes en présence d'un texte du nouveau testament dont l'interprétation, c'est peu de le dire, est très controversée. Pour le dire rapidement, nous avons là un des textes, avec ses parallèles, qui justifie l'interdiction non pas du divorce de fait, mais du remariage, pour l'église catholique et aussi certaines églises évangéliques - et notez le bien, pas chez les orthodoxes qui globalement acceptent le remariage.

 

Ma prédication aujourd'hui tentera d'éclairer cette problématique, non pas pour la trancher, car évidemment, cette question est déjà tranchée depuis longtemps, car nous sommes désormais dans une société où non seulement les personnes divorcent et se marient de nouveau, mais surtout où le mariage, et en particulier le mariage dit religieux connait une chute considérable. Nous allons faire parler ce texte, en évitant comme à l'accoutumée de tomber dans les premiers panneaux.

 

La première des choses qu'un bon lecteur de la Bible doit , devrait faire, face à un texte biblique qu'il rencontre quand justement il est confronté à une problématique - ici : le divorce, mais cela pourrait être n'importe quel thème, ce serait déjà d'oublier une expression courante, l'expression " qu'est ce que la Bible dit" sur ce sujet.

Au risque de vous étonner, je le répète, il faut oublier cette fanfaronante question. La Bible - qu'on devrait plutôt appeler si la traduction avait été correcte " Les Bibles, ou Les Livres, ou comme on le disait jadis " Les écritures", ne dit rien en tant que telle, déjà. C'est un objet, qui donc ne parle pas. C'est bien entendu celui qui l'interprète qui la fait parler. Cet interprète est il animé de bonnes ou de mauvaises intentions ? Considère t il que Les Écritures qu'il compulse, malgré la pluralité de l'expression est monologique ? Uniforme ? Va-t-il vers les écritures pour justifier ce qu'il pense déjà, ou, pour se laisser interpeler ? Non pas par le texte, qui en tant que tel " n'est que lettre morte", mais par l'Esprit de Dieu qui pourrait le vivifier, car si la Bible ne dit rien, Dieu, pour le croyant, dit, et parle et éclaire, et ce effectivement, mais pas exclusivement, par le truchement des écritures. Plus profondément, cet interprète en désir d'être éclairé - et peut-être dans le désir ou la vocation d'éclairer les autres - un interprète qui aurait déjà admis la pluralité de la matière qu'il a dans ses mains et sous ses yeux, aura-t-il voulu préalablement acquérir la compétence nécessaire pour déterminer le genre littéraire qu'il a précisement en face de lui ?

Pour notre texte du jour par exemple.

C'est un extrait d'évangile. Qu'est-ce qu'un évangile ? Une biographie de Jésus ? Une collecte de témoignages sur les faits, gestes et paroles de Jésus ? Est-ce avant tout un objet de communication fabriqué par et pour les premières assemblées de croyants au Christ, et pour activer leur développement ?

Mais à l'interieur d'un évangile , quels sont les genres littéraires et les moyens narratifs ? Les paroles de Jésus récoltées et mises en scènes ont-elle forcément une nature prescritive ? Voire juridique ? Les paraboles de Jésus sont-elles des leçons d'une morale à appliquer ou des histoires propres à activer notre réflexion, voire notre conversion? L'interprète aura t-il la compétence nécessaire, et voudra-il l'acquérir pour essayer de voir, à l'interieur même d'un texte, des strates de rédaction succéssives et s'étonner que ces différentes strates, composées dans des temporalités différentes, peuvent vibrer différement jusqu'à parfois présenter des contradictions?

 

Par exemple, ici, un lecteur on va dire "affranchi" pourrait faire valoir l'hypothèse qu'il y a deux strates qui vibrent d'une manière assez différente. Nous trouvons une partie où Jésus s'exprime publiquement , face aux pharisiens, sur la question de la répudiation, et une autre partie où Jésus va parler à ses disciples seuls. Et dans cette seconde partie, on constate que Jésus est beaucoup plus radical sur la question. C'est dans cette partie là que Jésus évoque le mot d'adultère qui serait produite par un remariage. Dans ce cas évidemment, l'adultère étant évidemment et clairement proscrit par la torah, le remariage devient interdit. Grâce à ce texte et à ses parallèles, la foi catholique a pu donc établir que Jésus lui-même ayant repris cet aspect de la Loi de Moïse, dont on aurait évidemment pu se demander si elle était encore valide pour le christianisme, que la question est tranchée pour l'éternité.

Or, l'interprète affranchi peut constater dans les évangiles que ces retours vers les disciples après une parole publique de Jésus vont presque toujours dans le sens d'un resserement du propos initial. On pourrait donc sans trop prendre le risque d'erreur , considérer que ces propos en séance privées sont des ajouts rédactionnels, fabriqués par une église, bien après le passage actif de Jésus, pour faire correspondre son propos à la nouvelle orthodoxie réglementaire en train de naitre. Une sorte de petit talmud à l'intérieur même des évangiles, des petites fabriques internes de réglementations et de précisions, qui utilise t sans vergogne des paroles que Jésus n'aurait sans doute pas dit.

Oui les deux parties de ce texte vibrent différement. Dans sa réplique aux pharisiens qui veulent le piéger, une réplique qu'on pourrait envisager comme un événement fidèlement rapporté par le rédacteur initial, Jésus ne va pas jusque là, n'évoque pas l'adultère à propos du remariage.

Déjà, il justifie la loi de Moïse concernant la répudiation. La traduction proposée évoque que cette loi a été causée par l'obstination, mais une meilleure traduction serait "la dureté de votre coeur", et encore mieux votre coeur sclérosé, car en grec c'est bien le terme " sklerokardia". Jesus sous entend que le coeur humain peut devenir tellement dur parfois que la répudiation est nécessaire pour éviter la catastrophe. Mais Jésus rappelle que le mariage n'inclut pas la possibilité du divorce, et il le rappelle prophétiquement, et pas juridiquement. Prophétiquement, un couple marié sous la bénédiction de Dieu n'a pas à se séparer, et qu'il vaut mieux ne pas séparer ce que Dieu a uni.

En parlant comme ça, Jésus ne tombe pas dans le piège des pharisiens qui voulaient le confronter à ses contradictions, accepte la répudiation (en l'occurence d'une femme par un homme, mais la possibilité réciproque est offerte dans la culture gréco romaine au sein de laquelle Jésus s'exprime), mais rappelle le but du mariage.

Et cela effectivement n'a rien à voir avec le propos qui suit avec les disciples, qui donne l'impression que Jésus a envoyé un écran de fumée sur les pharisiens, et que maintenant et à eux seuls, il leur révèle l'accablante vérité.

Voilà donc quelques éléments qui feront que l'interprète affranchi sera un peu moins idéologique face à ce texte, et donc un peu plus capable d'affronter les situations réelles auxquelles il pourra être confronté, lui, mais aussi celles d'autres personnes qui viendraient lui demander son aide. Moins capable de faire du jugement, mais plus capable d'élaborer une éthique en situation.

Mais il lui aura fallu passer par une véritable méditation sur son rapport au texte biblique, et acquérir quelques compétences, avant de dire, et de dire effrontément ce que la Bible, par définition ne dit pas.

En repassant ce texte devant mes yeux, je me suis aperçu d'une chose que je n'avais pas remarqué toutes les autres fois. Quelque chose qui m'a, cette fois, sauté aux yeux. Oh certes, ce ne sera pas un argument massue pour ou contre le remariage, mais sans doute quelque chose qui pourrait stimuler une compréhension plus large de ce sujet.

Cette fameuse lettre de répudiation, ou de divorce, s'appelle en grec " apostasion". Qui a donné en français, vous vous en doutez, le mot et le concept d'apostasie. Qui bien entendu ne parle pas de ce divorce là, mais d'un divorce avec Dieu. La première idée qui m'a traversé l'esprit lors de cette redécouverte de quelque chose que j'étais censé déjà savoir, mais bon, une idée dont je ne saurai faire un argument car ce n'est qu'un "mot", c'est autour de l'importance qu'a pris cette histoire de divorce pour le christianisme. Comme si le divorce ultimement signifiait un divorce, un reniement, un abandon, une répudiation de Dieu. Comme si ces notions avaient fini par être intimement liées, comme si séparer quoi que ce soit que Dieu aurait assemblé signifierait la catastrophe ultime de séparer Dieu de l'humain. Par une simple lettre de répudiation, comme peuvent aujourd'hui l'écrire par exemple des citoyens allemands qui ne veulent plus payer l'impot pour l'église d'état.

Un peu ébouriffé tout de même par cette découverte, je comprends mieux l'hystérie qui a été créée autour de cette notion, et les drames innombrables et les désastres psychologiques que cette interdiction du remariage a pu engendré dans des foyers chrétiens. Au nom d'une loyauté qui finalement ne s'accrochait qu'à l'évolution sémantique d'un simple terme "apostasie".

Je ne vais pas maintenant engendrer une nouvelle prédication sur l'apostasie, chers frères et soeurs, en rappelant le drame et les morts que cette interdiction peut susciter dans des pays gouvernés par la charia, néanmoins, je me contente pour l'instant de suggérer qu'il ne faudrait toutefois pas traiter cette question à la légère.

Quand on remarque par exemple, que, au hasard, 95 pc des personnes ayant demandé leur confirmation, abandonnent juste après le serment qu'elles ont pourtant prononcé librement. C'est une apostasie, oh certes, assez passive, mais ce n'est pas pour ça que ce n'est rien.

Peut-on signifier à Dieu qu'on le répudie ? Ou vaudrait-il mieux de pas tenter de séparer ce que Dieu a uni et pour nous chrétiens par le ministère du Seigneur Jésus Christ ?

Je vous laisse donc avec cette nouvelle question !

 

AMEN

 

 

 

 

 

MUSIQUE

 

 

CONFESSION DE FOI, par le chant 42-02, LES 3 STROPHES, Du coeur et de la voix..., page 622

 

 

PARTAGE DES NOUVELLES, OFFRANDE

 

 

 

INTERCESSION

Composée et lue par Michel Hessel

Salut à Toi, ô ma Source et mon Bouclier ! Tu chéris ça : le petit, l’égaré, l’étranger. Et tu nous le fais chérir avec. Merci pour toutes les deuxièmes chances de ta Grâce : l’étonnement, le sursaut, la repentance et son petit frère le pardon, les retours, etc…

Nous te prions pour les malades et les démunis. Pour leurs proches, qui doivent faire courage pour plusieurs. Mais aussi pour celles et ceux qui ne se laissent pas davantage en santé que enchanter. Pourquoi ? Par servitude à l’idolâtrie de l’activisme si tristement moderne. Donne leur accès, Seigneur, à l’une de tes dix paroles de délivrance : observer le repos. Y trouver l’humble quiétude de reprendre rang dans ta création, aux côtés des oiseaux et lys des champs, qui ne tissent ni ne filent. Et se ressouvenir, cousins de Caïn qu’ils sont, que l’offrande précède son accusé de réception, comme le repos précède le travail, comme le pardon précède la faute…

Donne leur de prêter l’oreille au silence, pour écouter ensuite l’étranger sans vouloir le deviner par avance. Ainsi l’étranger saura-t-il nous dérouter loin de Babel nous mener vers Emmaüs, les femmes syro-phéniciennes (Marc 7) et autres chemins de fraternité.

Père éternel, nous te prions pour les endeuillés, abandonnés par quelqu’un ou quelque chose.. Que le Désert qu’ils traversent puisse être balayé par le Souffle de l’esprit saint, lui qui s’y connaît pour dessiner des chemins de retour vers l’amour pour les vivants. Un amour qui ne blesse rien du Jadis, et parfois au contraire.

 

Quant aux égarés qui croient t’honorer en tuant en ton Nom, accorde-leur sans pitié la Miséricorde de ta Réprimande !!!

Éclaire-les de ta lumière outre-noir et outre-mer. Pour qu’ils puissent faire comme Jonas. Retrouver, au creux des larmes sur son absence brûlante, l’amour pour le plus humble rameau de vie.

 

Amen

NOTRE PÈRE

EXHORTATION

Nous croyons que Dieu établira un jour sur la terre son Royaume, qu'il transformera notre monde et nous transformera nous-même

En vue de ce Royaume, il mous appelle à former un peuple nouveau, et il mous conduira jusqu'à ce matin éternel, où nous saurons reconnaître en tout visage son virage, en tout être et en tout regard l'image de sa divinité.

 

BÉNÉDICTION

Que votre cœur ne se trouble pas.” Allez sur le chemin de la vie, confiants dans cette parole! Le Seigneur vous accompagne et vous garde dans son amour. Amen

MUSIQUE

 

 

 


Gustav Klimt Ile dans l'Attersee
Gustav Klimt Ile dans l'Attersee
.