Menu

Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port Royal & Maison Fraternelle


EDITORIAL PERMANENT

Message



Cette année 2020 ne ressemble, pour notre paroisse, à aucune autre !

 

Du 8 mars au 14 juin, nous n’avons pas pu célébrer le culte ensemble, ni au temple, ni à la Maison fraternelle ; il en est de même depuis le 1er novembre. Entre les deux, les cultes se sont tenus au temple, deux fois seulement en juin, puis toutes les semaines en septembre et octobre. Mais avec une assistance forcément restreinte, compte tenu des contraintes et des circonstances.

 

Depuis mars, et cette fois indépendamment des périodes de confinement, nos autres activités ont largement dû être mises entre parenthèses.

 

Et même si, en décembre, nous allons pouvoir, dans un format restreint, reprendre les cultes, nous ne pourrons pas célébrer le traditionnel culte d’offrande, ni la joyeuse fête de Noël avec les enfants de l’école biblique.

 

Face à cette situation, à ces incertitudes, selon la formule qui, à force de se répandre, devient un peu irritante, nous avons appris à « faire église autrement ».

 

Le site internet, les cultes en ligne qu’il propose, les envois de courriers électroniques, l’intensification des échanges téléphoniques, les réunions par visioconférence à distance, des enfants de l’école biblique, du conseil presbytéral, de son bureau, sont la preuve de notre volonté à continuer à annoncer l’évangile au sein d’une communauté locale, dans le strict respect de ces exigences sanitaires qui sont indispensables, nous le savons d’autant mieux que tant d’entre nous ont été touchés par la maladie.

 

« Faire église autrement » ? Et si, s’agissant de faire vivre financièrement l’église, il ne fallait pas faire autrement, il fallait au contraire, plus que jamais, faire comme avant, voire faire encore mieux qu’avant ?

 

Notre paroisse, tant bien que mal, s’est adaptée. Mais, plus que jamais, nous avons besoin de nos pasteurs, de nos facultés de théologie, de nos structures nationales, qui portent notre voix dans cette période où elle doit être plus que jamais entendue. Nos bâtiments, même temporairement vides, sont là avec les coûts et les contraintes qu’ils génèrent. Nous devons honorer tous les engagements que nous avons pris, souvent en début d’année sans savoir ce qu’elle allait nous réserver.

 

Si l’Etat tente d’atténuer les effets économiques et humains très lourds de la lutte contre l’épidémie, en finançant le chômage partiel, en aidant entrepreneurs, commerçants, ou artistes, nos églises ne bénéficient pas de ces mesures.

 

Et c’est bien. Elles sont indépendantes, elles ne comptent, financièrement, que sur leurs propres forces, et cela doit continuer ainsi.

 

C’est cette liberté qui seule leur permet, avec notre synode national, fin octobre, qui venait d’apprendre l’assassinat d’un enseignant par une personne fanatisée, d’affirmer, à juste titre, que notre église « a un rôle à jouer dans la construction d’une société immunisée contre ce poison » du fanatisme.

 

Mais notre situation financière, ne nous le cachons pas, n’a jamais été aussi mauvaise. Elle est, en réalité, dramatique. Nous n’avons pu, à ce jour, verser qu’un dixième de notre contribution régionale. Et comme nous ne sommes pas les seuls dans cette situation, cette incapacité risque de compromettre très gravement, en 2021, l’action de notre Eglise protestante unie en Région parisienne, où beaucoup plus de postes de pasteurs que prévu devront rester vacants.

 

Alors, oui, résolument à l’ancienne, chacun à la mesure de ses possibilités, donner, commencer à donner, continuer à donner, voire donner un peu plus. Car personne ne le fera à notre place.

 

Par chèque à l’ordre de l’association cultuelle de l’église protestante unie de Port-Royal Quartier Latin (ACEPUPRQL) adressé au 37, rue Tournefort, par virement sur notre compte bancaire (La Banque postale, compte FR46 2004 1000 0119 0155 8S02 057), mais aussi depuis la page dédiée de notre site internet, car faire les choses à l’ancienne n’empêche pas de se mettre à la page…

 

 
 




JE FAIS UN DON EN LIGNE


 


Mikalojus Konstantinas Čiurlionis Sparks (III)
Mikalojus Konstantinas Čiurlionis Sparks (III)

.