Menu


Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port Royal & Maison Fraternelle

LA NOUVELLE TEMPETE C'EST L'EVANGILE, prédication du 5 juillet 2015



Marc 4.35-41

 

35Le soir de ce même jour, il leur dit : Passons sur l’autre rive. 36 Après avoir renvoyé la foule, ils l’emmènent comme il était, dans le bateau ; il y avait aussi d’autres bateaux avec lui. 37 Survient une forte bourrasque : les vagues se jetaient dans le bateau, déjà il se remplissait. 38 Lui dormait à la poupe sur le coussin. Ils le réveillent et lui disent : Maître, nous sommes perdus et tu ne t’en soucies pas ? 39Réveillé, il rabroua le vent et dit à la mer : Silence, tais-toi ! Le vent tomba et un grand calme se fit. 40Puis il leur dit : Pourquoi êtes-vous peureux ? N’avez-vous pas encore de foi ? 41Ils furent saisis d’une grande crainte ; ils se disaient les uns aux autres : Qui est-il donc, celui-ci, que même le vent et la mer lui obéissent ?

 

Prédication

 

Certains s'imaginent qu'une tempête sur le lac de Tibériade ne serait qu'une tempête dans un verre d'eau. Or rien de plus faux, car on sait combien sont redoutables les brusques tempêtes de ce Lac, qui est une sorte d'entonnoir encaissé sur trois côtés entre des parois escarpées. On sait aussi que des vents puissants s’orientent généralement du froid vers le chaud, du massif de l’Hermon vers la vallée du Jourdain. Et que ce phénomène naturel explique l’existence de vents modérés à forts voire violents, qui déferlent sur la vallée du Jourdain et notamment sur le lac de Tibériade.

Ce bulletin météo...et ces considérations climatiques pour dire que l'écrin géo-logique de ce miracle- miracle auquel évidemment personne n'est obligé de croire - est plausible et incidemment cela montre que les auteurs, quand il s'agit pour eux de raconter un miracle, ne le font pas n'importe comment.

Evoquons maintenant rapidement, un autre écrin de ce miracle : l'écrin narratif où l'on peut par exemple s'étonner que Jésus s'endorme sur son coussin, alors qu'à la poupe du bateau il a la charge de le conduire.

Si on remonte légèrement plus haut dans le contexte, on va remarquer que Jésus vient de prêcher toute la journée à des foules nombreuses demanderesses de sens pour leur existences.

On va donc dire que, aussi bien la survenue d'une tempête dans ce Lac que le fait que Jésus soit fatigué n'ont rien d'étonnant.

Connaissant l'habileté narrative de l'évangile de Marc, on pourrait ici voir se déployer des significations bien plus subtiles et profondes que le simple fait d'une tempête qui s'apaise miraculeusement. Nous pouvons révéler un effet littéraire saisissant : la mise en symphonie de la puissance naturelle du vent et de la puissance de la Parole de Dieu.

D'un côté, par le jeu du contraste des températures entre la vallée du Jourdain - quasi tropicales et celles observées sur les pentes du Mont Hermon, une tempête se prépare et commence à gonfler pendant que Jésus use de toute son energie, au bord de ce Lac d'eau douce où pour l'instant tout est calme, pour nourrir les foules de ses messages en forme de Paraboles diverses , et, c'est au moment précis, où retombe ce que je vais appeler la tempête puissante de sa prédication, quand épuisé, endormi sur cette barque de laquelle il ne tient même plus la barre, c'est à ce moment : qu'une autre énergie s'abat sur cette population embarquée. Jésus, par épuisement, symptome de son humanité dit-on , cesse de délivrer une part de cette mystérieuse puissance divine qui l'anime et il s'endort; Au moment même où il dort, l'autre tempête arrive qui affole les disciples et qui prend le relai.Une tempête remplace l'autre.

Les tempêtes que Marc met en symphonie sont toutes deux sources d'une forme de danger. Celui de se noyer pour la tempête climatique , celui de mourir à son ancienne vie pour la tempête évangélique car la prédication de Jésus, c'est d'abord, un appel à la conversion radicale. Et la conversion c'est dangereux. Toutes les paraboles qu'il vient de raconter dans cette longue journée sont des paroles de changement radical.

Ce que Marc raconte ici, ce n'est pas l'histoire de l'apaisement d'une tempête , c'est au contraire l'histoire d'une tempête qui ne s'épuise pas et qui provient de Dieu, soit sous la forme d'un phénomène climatique, soit sous la forme de la Parole puissante, les deux devenant miroir de l'autre. Les deux, puissantes et dangereuses, sauf que la seconde, est humaine.

Prenons maintenant un autre angle pour observer ce récit : Jésus parle, il fait calme, Jésus dort, la tempete se déchaine, Jésus est réveillé, la tempete s'apaise.

Il n'y a aucune transition littéraire entre le réveil de Jésus et son injonction au vent et à la mer. C'est au moment où il se réveille qu'il dit immédiatement et violemment au vent et à la mer de se taire. Comme si cette puissance retournait en lui, comme s'il asborbait la tempête, comme si c'était de nouveau lui le maître , le conducteur de la puissance de Dieu . Ici la présence puissante de Dieu se manifeste alternativement: puissance de la Parole, puissance des éléments, puissance de la Parole.

 

On pourrait maintenant s'étonner que cette tempête ne le réveille pas. Ce sont les disciples qui le réveillent : Ils le réveillent et lui disent : Maître, nous sommes perdus et tu ne t’en soucies pas ?

C'est très étonnant , un sommeil aussi lourd . Lourd comme la mort.

Ce sommeil évoque évidemment la mort de Jésus - nous sommes perdus et tu ne t’en soucies pas ?

Il s'est retiré , et la tempête s'abat sur nous, comme si l'énergie qu'il avait réussi à absorber de nouveau se répandait par une nature aveugle, redevenait la puissance énorme et sans limite du Dieu Créateur.

L'évangile de Matthieu raconte qu'à la mort de Jésus le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas, que la terre trembla, les rochers se fendirent... Comme pour dire que cet homme régulait la puissance terrible de Dieu, et que lui seul pouvait nous protéger de la colère de Dieu que rien, ni personne sinon lui ne pourra contenir, retenir, s'il ne se réveille pas, s'il ne ressuscite pas . Car peut-être que la promesse qu'à faite Dieu depuis l'alliance de Noé était rompue, que Dieu avait finalement décidé de laisser libre court à sa colère.

Mais le réveil de Jésus d'entre les morts redonnera à cette energie un sens plus salutaire, le tremblement de terre du jour de la résurrection n'est qu'une sorte de roulement de tambour qui précède la descente du ciel de l'ange qui expliquera aux femmes du tombeau pourquoi celui-ci était désormais vide, et nous verrons ensuite dans le livre des Actes que Le jour de la Pentecôte alors qu'ils étaient tous ensemble dans le même lieu. 2.2 Tout à coup vint du ciel un bruit comme celui d'un vent impétueux, qui remplit toute la maison où ils étaient assis. Comme si de nouveau, la puissance naturelle était maîtrisée par la présence du Christ, que c'était désormais le souffle de l'esprit qui était la seule tempête digne d'intérêt.

Ainsi ce qui est raconté ici, c'est la structure même de la compréhension chrétienne primordiale de la venue du Christ.

Jésus, c'est celui qui vient réguler et transformer en energie salvatrice l'énergie déraisonnable d'un Dieu trop grand, trop puissant pour se préoccuper des hommes . Et la phrase des disciples, c'est celle qui précède la découverte de l'évangile

nous sommes perdus et tu ne t’en soucies pas ? Ce sont les éternelles plaintes de Job et des auteurs des Psaumes qui trouvent ici leur réponse dans le fait que le fils de Dieu vient délivrer de la part de son Père une autre forme de sa puissance, non pas une puissance aveugle et naturellement destructrice, mais une puissance amoureuse.

Tout aussi divine, mais désormais qui voit ce que les yeux de Jésus voient. Une puissance qui désormais voit avec nos yeux, une puissance qui désormais voit notre misère et qui s'en emeut du plus profond.

Et la catastrophe que cette nouvelle forme de puissance peut provoquer c'est la métamorphose des consciences qui s'attacheront désormais à créer, sous peine de mort de l'humanité - une fraternité universelle des fils et des filles de Dieu, et ce qui sera le signe de cette nouvelle fraternité c'est justement la figuration d' une noyade presque mortelle : le baptême.

Ce que ce récit raconte, c'est que l'énergie évangélique est de la même force et de la même origine que l'énergie tellurique ou climatique, mais qu'elle devient le moyen de ne pas sombrer , nous qui sommes dans la barque, mais aussi toutes ceux qui sont dans les barques autour comme le dit ce récit.

Ce que ce récit raconte c'est que cette energie évangélique, aussi puissante que les forces de la corruption ou celles des tempêtes qui noient des milliers de migrants en méditerranée, aussi puissante que les forces de l'avidité qui conditionnent en partie le réchauffement de notre planète et provoque des tempêtes, cette énergie sera celle qui nous permettra, nous qui nous serions découverts comme les disciples de celui par qui la mort a été vaincue, d'empêcher par notre conscience et d notre solidarité active que de tels drames non pas se produisent, mais se reproduisent comme des fatalités.

La nouvelle tempête, c'est l'évangile. L'incendie qui va ravager le vieux monde, c'est cette nouvelle energie salvifique. Le tremblement de terre, ce sera le tremblement et l'effondrement de l'impitoyable coalition mondiale qui gouverne tout sans avoir été choisie par quiconque. La tempête qui ne s'apaisera jamais, c'est la volonté de Dieu d'aimer ce monde. Celui qu'on appelera son Fils, le maître de la tempête, ne sera pas un nouveau Dieu, mais le nouvel Homme, le nouvel Adam, celui qui a saisi dans sa chair ô combien puissant est l'amour de Dieu, celui qui ne croit pas aux miracles dans le sens ou pour croire au miracle il faudrait croire à la version du monde telle qu'elle nous a été donnée, un monde où le miracle est surnaturel, le Nouvel Adam ne croit pas au surnaturel, il croit en la présence puissante de Dieu, et les miracles ne sont rien d'autres que des expressions on va dire normales de Dieu.

Voilà ce Marc raconte. Voilà sa version de l'évangile du Christ.

Marc, ce n'est pas l'évangile des mots et des thèmes. C'est l'évangile de la puissance de Dieu, qui nous est révélée par son fils, Jésus le Christ.

Puissions nous tirer de sa méditation une energie renouvelée, une confiance renouvelée en la puissance de Celui qui vient dans sa volonté de bouleverser le monde par son amour, une nouvelle motivation pour accomplir ce qui ne sera jamais des miracles, mais des conséquences de notre nouvelle fraternité, puissions nous nous relever de la noyade de notre baptême comme des enfants de Dieu qui n'ont, et n'auront plus jamais peur de rien.

 

 

AMEN

 

.


Nouveau commentaire :