Menu


Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port Royal & Maison Fraternelle

"Moi et le Père"

Entendu lors d'un culte de printemps à la Maison Fraternelle



Léonard de Vinci, (ange de la vierge aux rochers, National Gallery de Londres)
Léonard de Vinci, (ange de la vierge aux rochers, National Gallery de Londres)

Texte de la prédication et en audio: musique/prédication/musique/confession de foi

predication_du_8_mai.mp3 Prédication du 8 mai.mp3  (53.75 Mo)

PRÉDICATION, par Robert Philipoussi

 

L'évangile de Jean est le seul texte du nouveau testament où l'on pourrait être mis en demeure de se demander si Jésus... est Dieu. Peut-être que pour vous, la question ne se pose pas, ou plus, dans un sens ou dans l'autre, mais permettez moi de vous dire que si pour vous la question est tranchée, vous avez donc la connaissance de ce qui est Dieu, et ce qui ne l'est pas.

Mais peut-être pour vous la question est tranchée depuis le concile de Nicée, au IV e siècle, quand l'Église a affirmé, contre une vision qu'on pourrait appeler aujourd'hui "rationaliste" qui était portée par un courant qui s'appelle "l'arianisme", que le verbe de Dieu le Fils de Dieu était consubstanciel au Père, donc était Dieu lui-même.

Et nous avons eu cette confession de foi:

 

Nous croyons en un seul Dieu, Père tout-puissant,

 

créateur de tous les êtres visibles et invisibles.

 

Et en un seul Seigneur Jésus-Christ,

 

Fils unique de Dieu,

 

né du Père,

 

c’est-à-dire de la substance du Père,

 

Dieu de Dieu,

 

lumière de lumière,

 

vrai Dieu de vrai Dieu ;

 

engendré, et non fait,

 

consubstantiel au Père,

Mais nul doute que l'évangile de Jean, particulièrement, était celui qui a pu nourrir cette décision.

 

Déjà à cause de certains témoignages exclamatifs comme par exemple celui de Thomas :« Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jn 20,28), un témoignage vers la fin d'un évangile qui rappelez vous avait commencé par « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était près de Dieu et le Verbe était Dieu » (Jn 1,1). Mais aussi tout au long de cet évangile, parce qu'on y découvre la description permanente de l'intimité que celui-ci, Jésus, dit avoir avec celui qu'il appelle son père.

Déjà, qu'il l'appelle Père est très original, mais qu'il le désigne comme son père est presque inouï. En effet, rares et tardives sont les prières qui appellent Dieu Père (Esaïe 63,16), car le judaïsme a résisté au langage des autres religions où dieux et déesses s'unissent et deviennent pères et mères. Jésus bouscule cette réticence.

« C’est la maison de mon père. N’en faites pas une maison de commerce. », dit- il quand il chasse les vendeurs du Temple. On sent bien cette étonnante proximité dans cette formulation unique "c'est la maison de mon père" . Dans les récits parallèles, par exemple dans Matthieu on lit : « Il est écrit : Ma maison sera appelée maison de prière. Or vous, vous en faites une caverne de bandits. ». Ailleurs que dans Jean, on voit certes un prophète en colère et qui agit pour le respect de l'héritage et de la définition sacrée du lieu, mais dans Jean on voit quelqu'un, on découvre un fils qui ne supporte pas qu'on méprise son Père. Sa colère est beaucoup plus qu'idéologique, elle est familiale.

Cette façon qu'a le Jésus de l'évangile de Jean de se référer à son père ne semble pas avoir plu à ses contemporains. Je vais uniquement citer des passages de l'évangile de Jean, notre évangile du jour.

Cet homme s'en alla, et annonça aux Judéens que c'était Jésus qui l'avait guéri.

C'est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu'il faisait ces choses le jour du sabbat. A cause de cela, les Judéens cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu'il violait le sabbat, mais parce qu'il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu.

Jésus reprit donc la parole, et leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement.

Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut.

Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils,

Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d'avoir la vie en lui-même.

Mais Jésus leur répondit: Mon Père agit jusqu'à présent; moi aussi, j'agis.

 

Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu'il fait; et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l'étonnement.

La volonté de mon Père, c'est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour.

Ils lui dirent donc: Où est ton Père? Jésus répondit: Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.

Je connais mes brebis, et elles me connaissent,

comme le Père me connaît et comme je connais le Père

 

Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais-je?... Père, délivre-moi de cette heure?... Mais c'est pour cela que je suis venu jusqu'à cette heure.

 

Philippe lui dit: Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.

 

Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe! Celui qui m'a vu a vu le Père; comment dis-tu: Montre-nous le Père?

 

En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous.

 

etc. C'est une des grandes insistances de l'évangile de Jean. En fait chez Jean, le mot Dieu est systématiquement remplacé par le mot Père.

 

Et notre texte du jour, dans Jean 13 est un paroxysme quand Jésus dit : Moi et le Père, nous sommes un.

 

Si on ajoute à cela que dans d'autres évangiles, il est dénoté que Jésus appelle son père "papa" (Abba en araméen), voir par exemple : « Abba (papa), Père, tout t'est possible ; éloigne de moi cette coupe. Pourtant, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » (Mc 14, 36), on est en droit de se poser quelques remarques et quelques questions fondamentales de théologie.

 

Déjà on ne s'étonne plus du glissement de l'expression presque courante d'un titre : celui de fils de Dieu qui était par exemple attribué au Roi, comme dans le second livre de Samuel, ou à tout le peuple, comme au chapitre 2 du prophète Osée : 01 Comme le sable de la mer que l’on ne peut ni compter ni mesurer, ainsi sera le nombre des fils d’Israël. Au lieu de leur dire : « Vous n’êtes pas mon peuple », on leur dira : « Fils du Dieu vivant », on ne s'étonnera pas, donc, que dans la théologie chrétienne, ce titre, royal, ou symbolique, puisse basculer vers Jésus exclusivement. Et s' il était auparavant inconcevable que ce titre puisse conférer de la divinité à celui qui le recevait, la théologie chrétienne officielle a franchi le pas.

La question n'est pas, Jésus est-il Dieu? Mais elle est: Jésus d'après les évangiles considérait-il Dieu comme son père, et pas de la façon que nous avons nous de dire "notre père" ou parfois Père, dans certaines prières, influencées par le comportement de Jésus décrit dans les évangiles, mais, Jésus considérait-il Dieu comme son papa. Et bien sans doute, la réponse est oui.Et si je me permets de l'affirmer ainsi c'est que cette façon de faire, dans son milieu, dans son éducation inspirée par les pharisiens est complètement extraordinaire et aurait pu difficilement être inventée de toutes pièces.

 

Les libéraux protestants ne croient pas que Jésus est Dieu. Et ils appuient leur argument sur le fait par ailleurs exact que les dernières rédactions des évangiles et en particulier celui de Jean proviennent déjà d'une Église proto institutionnelle, une église qui aurait donc injecté dans les textes des évangiles des normes, des formules des dogmes de croyances bien postérieures aux paroles réelles de Jésus.

 

Pour ma part, je fais une autre hypothèse. Il est fort possible que Jésus considérait Dieu comme son père, au point de l'appeler "papa", au point de se révolter contre ceux qui corrompent la maison de celui qu'il appelait son père, au point peut-être d'avoir dit, "moi et le père sommes un". Et la suite de cette hypothèse est que les formulations théologiques ont dû suivre ça. Cet inouï. Et ce jusqu'au point de devenir des dogmes rassurants et jusqu'au point que la plupart des gens pensent, sans forcément le croire, que le Dieu des chrétiens c'est Jésus.

Alors que peut-être au départ, Jésus était cette personne qui contre toute habitude,t oute tradition, contre tout tabou, se présentait comme le fils de son papa à qui les clés de la maison ont été remises.

Et ce serait en partie cette attitude qui a déchainé contre lui toute cette méfiance, et finalement toute cette violence et finalement toute cette "christologie"

Le Jésus dit "historique", objet de tant de recherches assez vaines depuis le 19 eme siècle n'était peut-être pas selon les modes des époques où elles se sont produites, un maître rationaliste enseignant Dieu, la vertu et l’immortalité, ou génie religieux du romantisme, ou éthicien au sens kantien, ou le champion des idées sociales, puis dans les années dans les années 1960-1970 le défenseur des défavorisés, le rebelle à la classe sacerdotale sclérosée et à tout « établissement », le révolutionnaire bouleversant les rapports sociaux, le pacifiste utopique etc. Donc en gros, soit un philosophe, soit un prophète.

Peut-être que le Jésus historique était en partie tout cela, mais que surtout, il était celui qui considérait Dieu, comme son père. Et que face à ce phénomène très particulier, la théologie ou plutôt ce qu'on appelle la christologie, a du s'adapter, pour transformer cette particularité, voire cette sorte de folie, en norme.

Donc celui qui se demande, Jésus est il Dieu ou ou non ? Doit envisager cela d'abord. Et ensuite prendre position.

Pour ma part, j'aime beaucoup retrouver chez Jésus cette singularité extraordinaire, y compris dans sa croyance qu'il est de la même famille que Dieu, que Dieu est son papa. Je serai incapable pour ma part de penser comme lui, mais j'aime le penser ainsi.

 

Mais si j'accepte et confesse tous les autres titres qui lui ont été conférés, fils de Dieu dans le sens habituel, Christ, Messie, voire même fils de l'homme, j'ai un peu de mal à basculer dans le fait de croire que sa croyance particulière irait faire de lui un Dieu de plus. Et ce malgré les cathédrales dogmatiques qui ont été élaborées .

En revanche, je ne peux pas m'empêcher de penser que Dieu avait une affection particulière pour cette personne singulière, si sûre d'elle même d'être son fils. Et en cela, je vois en lui beaucoup plus de divin que dans aucune autre personne, parmi les autres et innombrables enfants de Dieu . C'est en cela que je suis chrétien. En respectant celui dont la singularité extrême a été un véritable don pour l'humanité.


Texte de la liturgie/ feuille de culte/ PDF des chants à télécharger

ps_095.pdf Ps 095.pdf  (78.68 Ko)
47_03.pdf 47-03.pdf  (125.69 Ko)
43_06.pdf 43-06.pdf  (44.7 Ko)
feuille_de_culte_8_mai_2022.pdf Feuille de culte 8 mai 2022.pdf  (1.04 Mo)

Invitation au silence et au recueillement 

PIANO

 

ACCUEIL – INVOCATION

Accorde, Seigneur, à tes fidèles,

cette grâce de vivre ce moment pour qu'il ne soit pas perdu dans la nuit du temps.

De le vivre comme un peuple consacré,

de le célébrer avec amour

et de le passer tout entier

dans une ferveur que rien ne puisse troubler

 

Recevons du Seigneur la grâce, la miséricorde et la paix.

 

LOUANGE - DEBOUT (À DIRE ENSEMBLE)

 

Nous exprimons notre reconnaissance pour l’amour que Dieu nous offre

et pour tout ce qui est bon et beau.

Bénédiction, bénédiction, au Seigneur qui me donne la vie et le souffle, le sens des moments heureux, l'espérance pour poursuivre ma route.

Louange à Dieu, celui qui ne rode pas dans le ciel mais qui réside entre nous, nous invitant à ouvrir les yeux et nos sens.

Louange au Seigneur, celui qui par son fils Jésus-Christ, notre Messie aux paroles si vives, nous a entendu et réponds à nos attentes d'un monde moins cynique, plus ouvert, plus intelligent.

Merci Notre Dieu pour tous les moments où notre confiance nous rend fort.

CHANT Psaume 95 Réjouissons-nous, Les 4 strophes, p.107

 

Prière de conversion ASSIS

Nous reconnaissons que nous avons besoin de l’aide de Dieu

pour avancer vers la vie véritable.

Notre Dieu, nous te prions.

Dans les obscures querelles intimes qui nous usent, dans le cœur de notre vie si fragile, nous en appelons à toi pour que tu suscites en nous un vif sentiment de conversion, de réforme de notre intelligence et que tu nous appelles à un nouveau regard, plus franc, plus digne, plus sincère vis à vis de ton évangile, qui n'est pas simplement une morale à accomplir mais qui est d'abord confession de ton existence et de notre salut.

Nous te prions pour que cette existence reconnue se transforme en sensation vive de ta présence, et que cette sensation de présence se révèle en prise de conscience de ce que ça implique : Seigneur, nous en appelons à toi pour ne plus être des répétiteurs de paroles vaines, nous en appelons à toi pour nous ouvrir à la conscience qu'il y a Toi, qui résides, qui parle, qui aime et qui agit

43-06 Mon Dieu, mon père. Strophes 1et 2 P.641

 

Annonce du pardon - ASSIS

Dieu nous pardonne et nous libère afin qu’en Christ,

nous vivions dans la vie nouvelle qu’il nous donne.

 

Chers amis, veuillez entendre cette annonce du pardon, cet appel à vous décharger non seulement des manquements envers Dieu que vous auriez commis, mais aussi de la culpabilité de n'être pas digne , de Dieu, des autres, de quoi que ce soit, y compris de l'image que vous avez construite de vous mêmes

Dieu a tellement aimé le monde qu'il a envoyé son fils, pour que nous ne périssions pas, mais pour que nous ayons, en nous, la vie étérnelle.

Que cette vie éternelle, présence intime de Dieu qui viendra féconder votre espérance, brille éternellement en vous.

CHANT 43-06 Mon Dieu, mon père. Strophe 3 P.641 - DEBOUT

 

 

Volonté de Dieu - DEBOUT

Dieu, par amour et en Jésus-Christ, nous ouvre un chemin

vers la vie véritable.

Pardonnés et libérés, nous pouvons écouter ce que Dieu nous donne la force de faire :

Mettez la Parole en pratique. Ne vous contentez pas de l’écouter, vous vous abuseriez.

Celui qui écoute la Parole sans la pratiquer, ressemble à un homme qui s’observe dans un miroir et puis s’en va et oublie comment il était.

Au contraire, celui qui se penche sur la loi parfaite de liberté et s’y attache, non comme un auditeur distrait, mais pour la pratiquer en actes, celui-là est heureux.

Oui, aimons Dieu de tout notre cœur, de toute notre force, de toute notre intelligence, et notre prochain, comme nous-mêmes . AMEN.

 

CHANT 43/06 Str. 3 P.641 - DEBOUT

 

Appel à l’Esprit- ASSIS

Nous prions afin que l’Esprit nous aide à entendre la Parole de Dieu

au travers des Écritures.

Nous prions Dieu avant de lire les Ecritures, nous prions celui qui n’ignore rien de nos réticences ni de nos résistances devant sa Parole, afin que de ces Écritures découle la vie.

Tu sais combien nous nous esquivons lorsque ton Evangile se fait précis, Combien nous interprétons lorsqu’il nous interpelle trop, Combien nous oublions

lorsqu’il se fait dérangeant. Et pourtant, nous revoici ce matin à l’écoute de ce que nous disent les Ecritures. C’est pourquoi nous te prions: que ton Esprit nous accorde un coeur ouvert et une intelligence accueillante à ton Evangile.

Derrière les mots que nous entendrons, donne-nous de discerner ta Parole pour nos vies. Amen.

 

LECTURE BIBLIQUE - ASSIS

 

Texte de l'évangile du jour: Jean 10, 27-30 Mes moutons entendent ma voix. Moi, je les connais, et ils me suivent. Et moi, je leur donne la vie éternelle ; ils ne se perdront jamais, et personne ne les arrachera de ma main. Ce que mon Père m’a donné est plus grand que tout – et personne ne peut l’arracher de la main du Père. Moi et le Père, nous sommes un.

 

 

PIANO BREF

 

PRÉDICATION (lire et écouter au paragraphe précédent)

 

 

PIANO

 

 

 

 

 

CONFESSION DE LA FOI - DEBOUT (À DIRE ENSEMBLE)


 

Je crois que Dieu peut et veut aussi tirer le bien du mal. Pour pouvoir le faire Dieu a besoin d'hommes et de femmes qui tirent leur parti de tout. Je crois que Dieu veut, en toute situation critique, nous procurer toutes les forces de résistance nécessaires. Mais il ne les donne pas d'avance pour que nous ne nous reposions pas en nous-mêmes mais en lui seul. Je crois Que Dieu n'est pas comme une fatalité intemporelle Mais qu'il est attentif et qu'il répond aux prières sincères et à l'action responsable.

Dietrich Bonhoeffer, Ecrits de prison 1945

 

CHANT 47-03, Dans toutes nos détresses Les 4 strophes, p. 730 - DEBOUT

 

 

ANNONCES - ASSIS

 

OFFRANDE POUR L'ÉGLISE // PIANO DOUX - ASSIS

 

MESSAGE DU DIAFRAT

 

INTERCESSION - ASSIS

Nous présentons à Dieu peines et espoirs, craintes et demandes pour nous et pour le monde. Nous le prions d’inspirer nos actes et paroles.

Seigneur, en ce matin , nous te prions, pour les malades, les personnes isolées, les endeuillées et toutes celles qui se sentent au fond de l’abîme. Que le soleil brille à nouveau dans leur cœur et qu’ils puissent faire l’expérience de la résurrection comme toi-même tu es sorti des ténèbres au matin de Pâques.

Nous te prions pour nos proches que nous te nommons dans le secret de nos cœurs… Apprend-nous Seigneur à être pour eux des témoins de ton amour à chaque instant de nos vies.

Seigneur guide-nous et donne nous ta joie et ta paix.

Seigneur nous te prions, pour tous les personnes enfoncées dans la guerre et qui perdent espoir. Nous te prions pour que la guerre disparaisse de ce monde. Nous te prions pour ton Eglise là où elle est persécutée, mais aussi quand elle manque de courage et quand sa lâcheté la fait disparaitre. Nous te prions pour tous les otages à travers le monde pour qu’ils gardent l’espoir de leur libération. Nous te prions pour les peuples qui traversent ces temps de crise ; accorde-leur sur ce chemin douloureux de garder la confiance en un avenir plus clair. Que ta paix et ton amour règnent sur le monde.

Seigneur guide-nous et donne nous ta joie et ta paix.

Seigneur nous te prions, pour notre Eglise Protestante Unie, qu’elle soit toujours à l’écoute de ta Parole pour éclairer humblement notre monde et y proclamer avec dynamisme, force et clarté ton Évangile ; que par ton Saint-Esprit nous recevions la joie et la Paix.

Seigneur guide-nous et donne nous ta joie et ta paix.

Notre Père.

 

 

 

EXHORTATION ET BÉNÉDICTION

Dieu nous envoie pour témoigner de son amour dans le monde, par toute notre vie. Il nous encourage dans l’assurance de sa fidèle présence auprès de nous.

 

- DEBOUT

Le temps est venu pour chacun d'entre nous de poursuivre sa route.

Le Seigneur est mon berger. Rien ne manque. En lui j’ai mon repos et ma justice puisqu’il m’aime, Même au fort de l’obscurité, je ne crains rien.

Le royaume de Dieu n'est pas loin, il est là,

à portée de notre regard, de nos mains, de notre cœur.

 

Que la paix de Dieu vous construise. Que son amour vous guérisse. Que son pardon vous réjouisse.

 

PIANO

.