Menu


Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port Royal & Maison Fraternelle

Pentecôte 2022

Un plaidoyer pour trouver l'esprit de ce que nous faisons



Tous les textes y compris celui de la prédication + audio Ps 104, Jn et Act + piano et voix

voix_piano_illumination_lectures_jn_et_act__piano.mp3 Voix Piano+illumination+lectures Jn et Act+ piano.mp3  (19.33 Mo)

lecture_ps_104.mp3 Lecture PS 104.mp3  (9.58 Mo)

LECTURE INITIALE (À DEUX VOIX)

 

PSAUME 104

 

Bénis le Créateur !

1 Que je bénisse le Seigneur !

Seigneur, mon Dieu, tu es très grand,

tu es revêtu d’éclat et de magnificence !

2 Il s’enveloppe de lumière comme d’un manteau ;

il déploie le ciel comme une toile.

3 Il fixe sur les eaux ses chambres à l’étage,

il prend les nuages pour char,

il s’avance sur les ailes du vent.

4 Il fait des vents ses messagers,

le feu flamboyant est à son service ;

5 il fonde la terre sur ses bases,

jamais, jamais elle ne vacillera.

6 Tu l’avais couverte de l’abîme comme d’un vêtement,

les eaux se tenaient sur les montagnes ;

7 elles fuient quand tu les rabroues,

elles se précipitent au bruit de ton tonnerre :

8 elles montent dans les montagnes, descendent dans les vallées,

vers le lieu que tu leur as assigné.

9 Tu as posé une limite qu’elles ne doivent pas passer,

afin qu’elles ne reviennent pas couvrir la terre.

10 Il conduit les sources dans des torrents

qui coulent entre les montagnes.

11 Elles font boire tous les animaux des champs ;

les ânes sauvages y étanchent leur soif.

12 Les oiseaux du ciel demeurent près d’elles

et font entendre leur voix parmi le feuillage.

13 De ses chambres à l’étage il arrose les montagnes ;

la terre est rassasiée du fruit de tes œuvres.

14 Il fait pousser l’herbe pour les bêtes,

et les plantes que l’homme cultive,

pour tirer le pain de la terre,

15 le vin qui réjouit le cœur de l’homme,

faisant plus que l’huile resplendir son visage,

et le pain qui soutient le cœur de l’homme.

16Les arbres du Seigneur sont rassasiés,

les cèdres du Liban, qu’il a plantés.

17 C’est là que les oiseaux font leurs nids ;

la cigogne a sa demeure dans les cyprès,

18 les montagnes élevées sont pour les bouquetins,

les rocs sont l’abri des damans,

 

19 Il a fait la lune pour marquer les rencontres festives ;

le soleil sait quand il doit se coucher.

20 Tu amènes les ténèbres, et c’est la nuit

où tous les animaux de la forêt se mettent à fourmiller ;

21 les jeunes lions rugissent après leur proie :

ils demandent à Dieu leur nourriture.

22 Le soleil se lève : Ils se retirent

et se couchent dans leurs tanières.

23 L’homme sort pour se rendre à son ouvrage

et à son travail, jusqu’au soir.

24 Que tes œuvres sont nombreuses, Seigneur !

Tu les as toutes faites avec sagesse ;

la terre est remplie de tout ce que tu as produit.

25 Voici la grande et vaste mer :

là fourmillent sans nombre

des animaux petits et grands ;

26 là se déplacent les bateaux

et Léviathan, que tu as façonné pour jouer avec lui.

27 Eux tous mettent leur espoir en toi,

pour que tu leur donnes leur nourriture en son temps.

28 Tu la leur donnes, et ils la recueillent ;

tu ouvres ta main, et ils sont rassasiés de biens ;

29 tu te détournes : ils sont saisis d’épouvante ;

tu leur retires le souffle : ils périssent

et retournent à leur poussière.

30 Tu envoies ton souffle : ils sont créés,

et tu renouvelles la terre.

31 Que la gloire du Seigneur subsiste toujours !

Que le Seigneur se réjouisse de ses œuvres !

32 Il regarde la terre, et elle frissonne ;

il touche les montagnes, et elles fument.

33 Je chanterai pour le Seigneur tant que je vivrai,

je chanterai pour mon Dieu tant que j’existerai.

34 Que ma requête lui soit douce !

Moi, je veux me réjouir dans le Seigneur.

35 Que les pécheurs disparaissent de la terre,

et que les méchants ne soient plus !

Que je bénisse le Seigneur !

Louez le Seigneur !

 

MUSIQUE D'ENTRÉE MYRIAM SAAB ET SASHA VERNER

 

SALUTATION

 

Je vous souhaite la bienvenue dans ce temple, frères et soeurs, où nous sommes venus pour nous retrouver au nom de Dieu et de notre Seigneur Jésus-Christ. Que chacun de vous se sente ici chez lui pour ce moment où nous voulons nous mettre en présence de Dieu, écouter et méditer sa parole. Avant toute chose nous nous rappelons la certitude de la bonne nouvelle de l'Évangile et de la grâce: Que chacun de nous reçoive de lui : la vie, la joie profonde et la paix parfaite, qui seules viennent de Dieu.

 

À l'origine, la Pentecôte est une fête juive, comme Pâques. Une fête agricole devenue aussi une fête religieuse, exactement comme la Pâque juive. Elle porte le nom de Shavouôte ou fête des semaines car elle a lieu 7 semaines après Pâque. On l'appelle aussi la fête des prémices, Pâque étant la fête des semences. 

Puis, dans un second temps, les Hébreux ont donné un sens religieux à cette fête agricole. Pentecôte célèbre le don de la Torah.

Les chrétiens appellent pentecôte la fête de la réception de l' Esprit qui les confirme dans leur vocation et mission.

LOUANGE

Je veux te louer avec mes propres mots,

 

Te remercier de m’avoir donné une vie à vivre, pour apprendre à vivre, une vie pour te découvrir, une vie pour me découvrir, une vie pour découvrir l’important, le secondaire, l’essentiel, une vie pour saisir et être saisi, une vie pour oublier, une vie pour se souvenir.AMEN 

 

CHANT 35-08 les 3 strophes Viens Saint-Esprit, Dieu créateur, page 482

 

PRIÈRE DE CONVERSION

Me voici, Créateur pour comprendre ta volonté qui deviendra ma liberté.

Rends moi sensible aujourd'hui à toutes les grâces dont j'ai besoin pour bien te servir.

Tu vois ma faiblesse, ne me laisse pas seul.

Aide-moi à t'aimer dans tout ce qui se présentera à moi aujourd'hui.

Je t'offre tout ce que je suis, tout ce que je ferai, tout ce que je supporterai.

Je te l'offre en union avec toi et j'espère que tu m'enverras la force de ton Esprit.

CHANT 35-11 strophe 1 Souffle du Dieu vivant, page 485

ANNONCE DU PARDON 

 

Je peux survivre Sans Parole, Sans un geste, Sans surprise,

 

Sans amour, Sans valeur, Sans mémoire,

 

Sans doute…

 

Je peux vivre, Avec ce pardon qui me bouleverse,

Me Dévoile que je suis digne d’être aimé. AMEN.

 

CHANT 35-11 strophe 2 Souffle du Dieu vivant, page 485


 

VOLONTÉ DE DIEU

La volonté de Dieu, lors de la Pentecote, frères et soeurs, est que nous recevions le baptême de l'Esprit, cette confirmation que reçoit l'Eglise, et aussi chacun, cette confirmation qui donne la force pour aller sur notre chemin comme Jésus lui-même a été confirmé pour la route qui a été la sienne.

Notre Eglise, qui se projette trop souvent dans le passé qu'elle se figure, a besoin de ce nouveau baptême, comme chacun de nous, baptisé, en a besoin, alors, que celui qui aujourd'hui se rend compte qu'il n'a pas reçu sa confirmation, qu'il la demande, et puis qu'il la reçoive, pour marcher à nouveau sur sa route. Qui demande, reçoit.

CHANT 35-11 strophe 3 et 4 Souffle du Dieu vivant, page 485

PRIÈRE D'ILLUMINATION (ENSEMBLE)

Nous prions  :

Seigneur, nous voici devant toi pour entendre la parole que tu veux nous dire aujourd'hui. Permet que dans les paroles humaines que nous allons entendre, nous puissions chacun entendre dans notre cœur la parole que tu veux nous adresser aujourd'hui pour nous. Viens toi-même nous donner ton Esprit afin que de ces paroles puisse découler la nourriture spirituelle dont nous avons besoin pour avancer sur notre route


 

LECTURES

JEAN

15 Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. 16Moi, je demanderai au Père de vous donner un autre défenseur pour qu’il soit avec vous pour toujours, 17l’Esprit de la vérité, que le monde ne peut pas recevoir, parce qu’il ne le voit pas et qu’il ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous et qu’il sera en vous.

18 Je ne vous laisserai pas orphelins ; je viens à vous. 19Encore un peu, et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez, parce que, moi, je vis, et que vous aussi, vous vivrez. 20En ce jour-là, vous saurez que, moi, je suis en mon Père, comme vous en moi et moi en vous. 21Celui qui m’aime, c’est celui qui a mes commandements et qui les garde. Or celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai et je me manifesterai à lui.

22 Judas, non pas l’Iscariote, lui dit : Seigneur, comment se fait-il que tu doives te manifester à nous et non pas au monde ? 23Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui et nous ferons notre demeure auprès de lui. 24Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas la mienne, mais celle du Père qui m’a envoyé.

25 Je vous ai parlé ainsi pendant que je demeurais auprès de vous. 26Mais c’est le Défenseur, l’Esprit saint que le Père enverra en mon nom, qui vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que, moi, je vous ai dit.ACTES

 

1Quand le jour de la Pentecôte arriva, les croyants étaient réunis tous ensemble au même endroit. 2Tout à coup, un bruit vint du ciel, comme si un vent violent se mettait à souffler, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. 3Ils virent alors apparaître des langues pareilles à des flammes de feu; elles se séparèrent et elles se posèrent une à une sur chacun d'eux. 4Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d'autres langues, selon ce que l'Esprit leur donnait d'exprimer.

5A Jérusalem vivaient des Juifs pieux, venus de tous les pays du monde. 6Quand ce bruit se fit entendre, ils s'assemblèrent en foule. Ils étaient tous profondément surpris, car chacun d'eux entendait les croyants parler dans sa propre langue. 7Ils étaient remplis d'étonnement et d'admiration, et disaient: «Ces gens qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens? 8Comment se fait-il alors que chacun de nous les entende parler dans sa langue maternelle? 9Parmi nous, il y en a qui viennent du pays des Parthes, de Médie et d'Élam. Il y a des habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont et de la province d'Asie, 10de Phrygie et de Pamphylie, d'Égypte et de la région de Cyrène, en Libye; il y en a qui sont venus de Rome, 11de Crète et d'Arabie; certains sont nés Juifs, et d'autres se sont convertis à la religion juive. Et pourtant nous les entendons parler dans nos diverses langues des grandes œuvres de Dieu!» 12Ils étaient tous remplis d'étonnement et ne savaient plus que penser; ils se disaient les uns aux autres: «Qu'est-ce que cela signifie?» 13Mais d'autres se moquaient des croyants en disant: «Ils sont complètement ivres!»

PIANO SEUL

PRÉDICATION

Ma prédication prendra ce matin une tournure peu habituelle. Car elle sera un plaidoyer. Un plaidoyer pour la reviviscence, la re consistance de notre pratique de membres d'église. Membre d'Église? Je devrais plutôt dire: participant d'une ferveur, d'un élan de confiance en Jésus-Christ. Le Christ qui n'a pas voulu d'une église particulière, mais le Christ qui a donné au monde sa vie et son engagement et qui a été aussi le détonateur du plus grand phénomène religieux de l'histoire humaine. Le Christ, en référence duquel l'église tente de se reconnaître.

Et pour ce plaidoyer je vais m'appuyer sur ce récit extraordinaire du livre des Actes, non pas dans ses détails, mais sur sa luminosité, sa force, sa provocation, son ivresse et son origine.

Ce qui est raconté se déroule durant la fête de Pentecôte. En hébreu Chavouot , qui est l'une des trois grandes fêtes qui sont célébrées dans la tradition juive. C’est un jour férié, où les Juifs voyageaient vers le Temple de Jérusalem afin de ramasser leurs premiers fruits. Cette fête tombe exactement 50 jours après la fête de la Pâque, Pessah, en hébreu. Elle est également connue comme la Fête des Semaines. Les juifs qui parlaient le grec lui ont donné le nom de « Pentecôte » terme dont l'étymologie est "cinquantième,.

Cette année 2022 , juifs et chrétiens fêtent pentecôte le même jour.

Chavouot ne possède pas, contrairement à Pessa'h et Souccot (la fête des Cabanes), de dimension historique dans la Bible hébraïque. Mais les rabbins assurent que c’est en ce jour, cinquante jours après l’Exode hors d’Égypte, qu’a eu lieu le don de la Torah.

Le nouveau testament n'évoque aucune fête "chrétienne" de pentecôte. Cela s'explique aisément. Tous les "chrétiens" évoqués dans le nouveau testament sont des juifs. Certes dissidents, mais toujours pratiquants des exigences de la Torah.

 

La Pentecôte chrétienne, mais pas tout de suite, probablement entre le 2e et 4e siècle s'est voulue comme une réinterprétention de Chavouot. L’Esprit saint descend sur les apôtres comme Moïse est descendu du Sinaï avec les Tables de la Loi. Cette fête réinventée s'est peu à peu distinguée puis ensuite totalement séparée du sens même de la fête originelle, et de ces obligations ou recommandations rituelles.

 

Et c'est là le nerf de mon plaidoyer. Je veux l'illustrer par une phrase que j'ai réellement entendue. D'une personne membre actif d'une église protestante - pas celle-ci. Celle-ci un jour a dit, devant moi " Pentecôte, c'est quand Jésus monte ou c'est quand il descend?"

J'ai immédiatement vu dans cette question consternante un marqueur du niveau ou nous pourrions en être. Non pas tant à cause de l'absurde des termes de cette question, mais en ce que cette simple question révèle le niveau de déconnexion avec ce qui est censé nous fonder, fonder notre pratique, à nous chrétiens et à nous aussi protestants réformés.

 

Repartons du commencement. Jésus était juif et l'est resté jusqu'au bout, ça tout le monde le sait. Un juif pratiquant, ça on s'en rend moins compte. Un juif Galiléen, ce qui produit chez lui une nuance assez importante avec le judaïsme judéen autour du Temple de Jérusalem. Son éducation a été fort probablement essentiellement pharisienne, ces mêmes pharisiens qui étaient en dissonance avec ceux qui tenaient le Temple.Les disciples de Jésus et aussi après la mort de celui-ci, les premiers croyants en la messianité de Jésus étaient aussi des juifs pratiquants, et à ce titre ils faisaient les pèlerinages, célébraient les fêtes, sacrifiaient des animaux au Temple. Jusqu''à ce qu'évidemment celui-ci soit détruit.

Jésus était un passionné de la Torah et connaissait ses références par coeur, ainsi que les prophètes, ainsi que d'autres textes qui n'ont pas été recueillis dans nos bibles occidentales (comme le livre d'Hénoch qui évoque amplement le Fils de L'Homme)

 

Mais le message de Jésus était explicitement réformateur. Il ne voulait non pas simplifier, ou réduire, mais ré humaniser l'application de la Torah et une des phrases les plus significative de son engagement - est bien sûr " le Sabbat est fait pour l'humain et non l'humain pour le sabbat" .

C'est pourquoi le premier mouvement des croyants au Christ, avant mais aussi après la destruction du Temple, et y compris dans sa diversité étaient un judaïsme messianique d'une part, avec Jésus Christ comme centre et espérance, mais aussi un judaïsme qu'aujourd'hui on pourrait qualifier de libéral sur certaines règles en particulier sur certaines règles alimentaires.

Puis ce mouvement s'est transformé en institution. Une institution à la genèse complexe et ramifiée sur laquelle je passe. Une institution qui a pris son indépendance avec les pratiques juives mais qui a ré inventé des formes d'obligations et de rituels . Et ces obligations n'ont rien eu à envier au caractère obligatoire et on va dire cartographique sur tout le temps et l'existence humaine. On dirait que l'Église s'est inventée elle-même en étant saisie d'une grande peur du vide.

Mais bien sûr, sauf pour les savants, il ne sera plus explicitement connu, ce lien que tous ces soi disants nouveaux rituels avaient avec la signification des anciens rituels, ou fêtes, ou pèlerinages, ou jeûnes, ou interdictions sexuelles et j'en passe.

Faisons une ellipse qui n'est possible que parce que justement, c'est un plaidoyer

Aujourd'hui, plus grand monde, y compris ceux qui savent encore le sens chrétien de la fête de Pentecôte ne fait le lien entre " ce don de l'esprit" célébré en ce jour, et la fête de Chavouot, qui célèbre le don de la Torah. Et c'est dramatique. Pourquoi ?

Parce que cet esprit est justement donné, entre autres, pour devenir capable d'interpréter cette Torah, dont les premiers croyants au Christ sont au bénéfice, parce parce qu'elle est dans leur coeurs et leurs pratiques, mais aussi parce que celui qui est au centre de leur foi, Jésus de Nazareth, étaient un interprète de cette torah et qu'on raconte aussi qu'au moment de son baptême il avait reçu l'esprit de Dieu.

 

 

Aujourd'hui, et particulièrement chez les protestants, on n'a plus beaucoup de rituels révélant d'où nous venons.

 

Les protestants historiques avaient des rituels correspondant à leur foi particulière et qui permettait de ne pas être totalement coupé de l'ambiance messianique propre aux premiers croyants au Christ.

Lecture et méditation quotidienne de la Bible, et bien entendu de l'ancien testament valorisé en ce sens que le peuple protestant persécuté se reconnaissait dans le peuple hébreu dans le désert. Mais aussi dans les plaintes, louanges et prières des psaumes. Étude et véritable connaissance de la Bible. Action de grâce avant chaque repas. Pratique des cultes et cène de maison. Lecture et chants des Psaumes en commun. Prière personnelle. Instruction religieuse des enfants par les parents. Participation systématique aux cultes. Qui fait cela aujourd'hui? Et qui aujourd'hui se rend compte que oui, il y avait, il y a, il pourrait y avoir une ritualité typiquement protestante et qui avait du sens ?

Et certains parmi vous le savent, je reste profondément affligé de l'abandon par le christianisme du commandement le plus cité de la Bible et qui à mon sens du commandement le plus central, celui du sabbat. À savoir l'obligation d'avoir accompli son travail durant 6 jours, et ensuite de cesser toute forme de productivité. 24 h, à consacrer à soi, à sa famille, à la lecture, à l'étude, à la vie communautaire.

Il y a quelques années, j'ai proposé à cette paroisse un marqueur sabbatique par un temps de prière hebdomadaire commençant le samedi soir, et invitant les personnes à considérer que les 24H suivante pouvaient être consacrées. Mais disons-le, ce genre de changement, ça ne peut pas n'être qu'un "truc" du pasteur. Ce doit être produit par une prise de conscience collective et voulu par un conseil voire validé par une assemblée générale.

 

Aujourd'hui, en effet, je nous ressens comme des particules flottantes, essayant parfois de nous raccrocher à ce qui reste d'une forme de religion devenue extrêmement libérale dans le sens où chacun est juste invité à suivre son propre chemin, avec ses propres marqueurs; mais en ayant oublié et souffrant certainement de l'effacement du sens de ce qu'il fait encore. Comme en ce culte de pentecôte, qui célèbre le don de l'esprit qui nous donne la capacité d'interpréter la Bible, et cette capacité là nous donne la possibilité non pas exclusivement de lire la Bible, mais aussi de lire le monde et nous mêmes. Et donc de savoir se défendre, puisque cet esprit est appelé par Jésus "défenseur" "avocat", savoir se défendre justement des formes envoutantes de ritualités serviles que propose ce monde, ne serait-ce que celle de ne jamais être en repos car toujours connecté.

 

Je conclus ce plaidoyer par un appel à revivifier, à rendre de nouveau consistante notre façon d'être cette église, et à retrouver le sens de ce que nous faisons, à demander l'esprit et le recevoir, et à retrouver l'esprit de ce que nous faisons.

AMEN

 

MUSIQUE MYRIAM SAAB ET SASHA VERNER

CONFESSION DE FOI (ENSEMBLE)

Je crois que l’Eternel parle aux humains par son Christ.

Je crois que Jésus actualise la Parole qui fait vivre.

Lorsque j’ai peur, lorsque j’ai froid, je me souviens :
La Bible proclame la promesse d’amour pour la vie
du monde entier.

Je crois au don d’une puissance qui recrée dans
un souffle subtil et léger ;
Souffle de communion et de pardon.

CHANT 35-07 strophe 1, 2, 3 Saint-Esprit, Dieu de lumière page 481

PARTAGE DES NOUVELLES

OFFRANDE POUR L'ÉGLISE PROTESTANTE UNIE DE PORT ROYAL QUARTIER LATIN

NOUVELLES DU DIACONAT- FRATERNEL

PREFACE

Nous te louons pour l’Esprit Saint qui nous rassemble malgré nos différences, 
et qui fait de nous un seul peuple, ton peuple.

INSTITUTION

Le Seigneur Jésus, la nuit où il fut livré, prit du pain, et après avoir rendu grâce, il le rompit et dit: "Prenez, mangez, ceci est mon corps donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi".

De même, après avoir mangé, il prit la coupe et dit: "Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez"

CHANT 35-09 strophe 1, 2 Saint-Esprit, Divin maître page 483

INVITATION Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés!

Venez car tout est prêt---> assemblement

PRIÈRE D'INTERCESSION

Dieu de la promesse et de l’envoi, Tu connais les difficultés de nos vies,

Nos déceptions et nos échecs Nos peurs et nos frilosités.

Quand l’immobilisme et l’enlisement nous guettent,

Que ta parole éveille en nous le goût de nouveaux départs et qu’elle éclaire notre chemin.

Donne-nous le courage d’aller de l’avant avec humilité, Accueillant les surprises du chemin

Ouverts à l’inattendu des rencontres, Assurés de ta bienveillance Et confiants dans tes bénédictions.

NOTRE PÈRE

EPICLESE

Envoie ici ton Esprit, pour que nous recevions, en ce pain et ce vin, une pleine communion.

DISTRIBUTION COMMUNION

EXHORTATION

1 Thessaloniciens 5 5 car vous êtes tous fils de la lumière et fils du jour. Nous n'appartenons pas à la nuit ni aux ténèbres. 6 Ainsi donc, ne dormons pas comme les autres, mais veillons

Corinthiens 13.11-13 11Au reste, mes frères, réjouissez-vous, tendez à l’épanouissement, encouragez-vous, soyez bien d’accord, vivez en paix, et le Dieu de l’amour et de la paix sera avec vous. 12Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser. Tous les saints vous saluent. 13Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit saint soient avec vous tous !

BÉNÉDICTION

Le Seigneur de la paix vous donne lui-même la paix en tout temps, de toute manière. Le Seigneur est avec vous tous.

RETOUR AUX PLACES


 

MUSIQUE MYRIAM SAAB ET SASHA VERNER


Prédication audio et à télécharger

predication__musique_pentecote_2022.mp3 Prédication +musique Pentecote 2022.mp3  (33.79 Mo)

predication_5_jin_2022_.pdf Prédication 5 jin 2022-.pdf  (35.22 Ko)

PRÉDICATION

Ma prédication prendra ce matin une tournure peu habituelle. Car elle sera un plaidoyer. Un plaidoyer pour la reviviscence, la re consistance de notre pratique de membres d'église. Membre d'Église? Je devrais plutôt dire: participant d'une ferveur, d'un élan de confiance en Jésus-Christ. Le Christ qui n'a pas voulu d'une église particulière, mais le Christ qui a donné au monde sa vie et son engagement et qui a été aussi le détonateur du plus grand phénomène religieux de l'histoire humaine. Le Christ, en référence duquel l'église tente de se reconnaître.

Et pour ce plaidoyer je vais m'appuyer sur ce récit extraordinaire du livre des Actes, non pas dans ses détails, mais sur sa luminosité, sa force, sa provocation, son ivresse et son origine.

Ce qui est raconté se déroule durant la fête de Pentecôte. En hébreu Chavouot , qui est l'une des trois grandes fêtes qui sont célébrées dans la tradition juive. C’est un jour férié, où les Juifs voyageaient vers le Temple de Jérusalem afin de ramasser leurs premiers fruits. Cette fête tombe exactement 50 jours après la fête de la Pâque, Pessah, en hébreu. Elle est également connue comme la Fête des Semaines. Les juifs qui parlaient le grec lui ont donné le nom de « Pentecôte » terme dont l'étymologie est "cinquantième,.

Cette année 2022 , juifs et chrétiens fêtent pentecôte le même jour.

Chavouot ne possède pas, contrairement à Pessa'h et Souccot (la fête des Cabanes), de dimension historique dans la Bible hébraïque. Mais les rabbins assurent que c’est en ce jour, cinquante jours après l’Exode hors d’Égypte, qu’a eu lieu le don de la Torah.

Le nouveau testament n'évoque aucune fête "chrétienne" de pentecôte. Cela s'explique aisément. Tous les "chrétiens" évoqués dans le nouveau testament sont des juifs. Certes dissidents, mais toujours pratiquants des exigences de la Torah.

 

La Pentecôte chrétienne, mais pas tout de suite, probablement entre le 2e et 4e siècle s'est voulue comme une réinterprétention de Chavouot. L’Esprit saint descend sur les apôtres comme Moïse est descendu du Sinaï avec les Tables de la Loi. Cette fête réinventée s'est peu à peu distinguée puis ensuite totalement séparée du sens même de la fête originelle, et de ces obligations ou recommandations rituelles.

 

Et c'est là le nerf de mon plaidoyer. Je veux l'illustrer par une phrase que j'ai réellement entendue. D'une personne membre actif d'une église protestante - pas celle-ci. Celle-ci un jour a dit, devant moi " Pentecôte, c'est quand Jésus monte ou c'est quand il descend?"

J'ai immédiatement vu dans cette question consternante un marqueur du niveau ou nous pourrions en être. Non pas tant à cause de l'absurde des termes de cette question, mais en ce que cette simple question révèle le niveau de déconnexion avec ce qui est censé nous fonder, fonder notre pratique, à nous chrétiens et à nous aussi protestants réformés.

 

Repartons du commencement. Jésus était juif et l'est resté jusqu'au bout, ça tout le monde le sait. Un juif pratiquant, ça on s'en rend moins compte. Un juif Galiléen, ce qui produit chez lui une nuance assez importante avec le judaïsme judéen autour du Temple de Jérusalem. Son éducation a été fort probablement essentiellement pharisienne, ces mêmes pharisiens qui étaient en dissonance avec ceux qui tenaient le Temple.Les disciples de Jésus et aussi après la mort de celui-ci, les premiers croyants en la messianité de Jésus étaient aussi des juifs pratiquants, et à ce titre ils faisaient les pèlerinages, célébraient les fêtes, sacrifiaient des animaux au Temple. Jusqu''à ce qu'évidemment celui-ci soit détruit.

Jésus était un passionné de la Torah et connaissait ses références par coeur, ainsi que les prophètes, ainsi que d'autres textes qui n'ont pas été recueillis dans nos bibles occidentales (comme le livre d'Hénoch qui évoque amplement le Fils de L'Homme)

 

Mais le message de Jésus était explicitement réformateur. Il ne voulait non pas simplifier, ou réduire, mais ré humaniser l'application de la Torah et une des phrases les plus significative de son engagement - est bien sûr " le Sabbat est fait pour l'humain et non l'humain pour le sabbat" .

C'est pourquoi le premier mouvement des croyants au Christ, avant mais aussi après la destruction du Temple, et y compris dans sa diversité étaient un judaïsme messianique d'une part, avec Jésus Christ comme centre et espérance, mais aussi un judaïsme qu'aujourd'hui on pourrait qualifier de libéral sur certaines règles en particulier sur certaines règles alimentaires.

Puis ce mouvement s'est transformé en institution. Une institution à la genèse complexe et ramifiée sur laquelle je passe. Une institution qui a pris son indépendance avec les pratiques juives mais qui a ré inventé des formes d'obligations et de rituels . Et ces obligations n'ont rien eu à envier au caractère obligatoire et on va dire cartographique sur tout le temps et l'existence humaine. On dirait que l'Église s'est inventée elle-même en étant saisie d'une grande peur du vide.

Mais bien sûr, sauf pour les savants, il ne sera plus explicitement connu, ce lien que tous ces soi disants nouveaux rituels avaient avec la signification des anciens rituels, ou fêtes, ou pèlerinages, ou jeûnes, ou interdictions sexuelles et j'en passe.

Faisons une ellipse qui n'est possible que parce que justement, c'est un plaidoyer

Aujourd'hui, plus grand monde, y compris ceux qui savent encore le sens chrétien de la fête de Pentecôte ne fait le lien entre " ce don de l'esprit" célébré en ce jour, et la fête de Chavouot, qui célèbre le don de la Torah. Et c'est dramatique. Pourquoi ?

Parce que cet esprit est justement donné, entre autres, pour devenir capable d'interpréter cette Torah, dont les premiers croyants au Christ sont au bénéfice, parce parce qu'elle est dans leur coeurs et leurs pratiques, mais aussi parce que celui qui est au centre de leur foi, Jésus de Nazareth, étaient un interprète de cette torah et qu'on raconte aussi qu'au moment de son baptême il avait reçu l'esprit de Dieu.

 

 

Aujourd'hui, et particulièrement chez les protestants, on n'a plus beaucoup de rituels révélant d'où nous venons.

 

Les protestants historiques avaient des rituels correspondant à leur foi particulière et qui permettait de ne pas être totalement coupé de l'ambiance messianique propre aux premiers croyants au Christ.

Lecture et méditation quotidienne de la Bible, et bien entendu de l'ancien testament valorisé en ce sens que le peuple protestant persécuté se reconnaissait dans le peuple hébreu dans le désert. Mais aussi dans les plaintes, louanges et prières des psaumes. Étude et véritable connaissance de la Bible. Action de grâce avant chaque repas. Pratique des cultes et cène de maison. Lecture et chants des Psaumes en commun. Prière personnelle. Instruction religieuse des enfants par les parents. Participation systématique aux cultes. Qui fait cela aujourd'hui? Et qui aujourd'hui se rend compte que oui, il y avait, il y a, il pourrait y avoir une ritualité typiquement protestante et qui avait du sens ?

Et certains parmi vous le savent, je reste profondément affligé de l'abandon par le christianisme du commandement le plus cité de la Bible et qui à mon sens du commandement le plus central, celui du sabbat. À savoir l'obligation d'avoir accompli son travail durant 6 jours, et ensuite de cesser toute forme de productivité. 24 h, à consacrer à soi, à sa famille, à la lecture, à l'étude, à la vie communautaire.

Il y a quelques années, j'ai proposé à cette paroisse un marqueur sabbatique par un temps de prière hebdomadaire commençant le samedi soir, et invitant les personnes à considérer que les 24H suivante pouvaient être consacrées. Mais disons-le, ce genre de changement, ça ne peut pas n'être qu'un "truc" du pasteur. Ce doit être produit par une prise de conscience collective et voulu par un conseil voire validé par une assemblée générale.

 

Aujourd'hui, en effet, je nous ressens comme des particules flottantes, essayant parfois de nous raccrocher à ce qui reste d'une forme de religion devenue extrêmement libérale dans le sens où chacun est juste invité à suivre son propre chemin, avec ses propres marqueurs; mais en ayant oublié et souffrant certainement de l'effacement du sens de ce qu'il fait encore. Comme en ce culte de pentecôte, qui célèbre le don de l'esprit qui nous donne la capacité d'interpréter la Bible, et cette capacité là nous donne la possibilité non pas exclusivement de lire la Bible, mais aussi de lire le monde et nous mêmes. Et donc de savoir se défendre, puisque cet esprit est appelé par Jésus "défenseur" "avocat", savoir se défendre justement des formes envoutantes de ritualités serviles que propose ce monde, ne serait-ce que celle de ne jamais être en repos car toujours connecté.

 

Je conclus ce plaidoyer par un appel à revivifier, à rendre de nouveau consistante notre façon d'être cette église, et à retrouver le sens de ce que nous faisons, à demander l'esprit et le recevoir, et à retrouver l'esprit de ce que nous faisons.

AMEN


4 PDF de chants à télécharger


35_07.pdf 35-07.pdf  (48.74 Ko)
35_11.pdf 35-11.pdf  (39.36 Ko)
35_09.pdf 35-09.pdf  (51.97 Ko)
35_06.pdf 35-06.pdf  (51.21 Ko)
Photo R.Philipoussi
Photo R.Philipoussi
.