Menu


Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port Royal & Maison Fraternelle

Un baptême dans une bourrasque

Culte du 22 janvier 2023, Marc 4, 35-41



Textes de la liturgie et audio de la prédication

debut_et_baptême_du_culte_du_22_01_23.mp3 Début et baptême du culte du 22 01 23.mp3  (44.36 Mo)

lecture,_predication,_orgue.mp3 Lecture, prédication, orgue.mp3  (30.66 Mo)

ATTENTION, DANS L'AUDIO DU DÉBUT DU CULTE, ET EN PARTICULIER DANS LE MOMENT DU BAPTÊME, IL FAUDRA PRÊTER L'OREILLE CAR LES VOIX SONT ÉLOIGNÉES DU MICRO !
---------


ORGUE
, Emmanuel Mandrin

 

LA SALUTATION

Frères et soeurs, bienvenus dans votre Eglise. Que la grâce et la paix soient sur chacun de vous et que ce moment de culte puisse vous nourrir et vous aider dans votre semaine.

Aujourd'hui, notre frère Paul Beyssac va venir demander d'être baptisé. Nous nous réjouissons de sa démarche. Nous avons de la joie à l'accueillir lui, et sa demande, et tous ceux et celles qui l'entourent ce matin.

 

Mais d'abord, nous allons chanter ! Voici donc le premier chant de ce culte dans lequel tous les chants ont été choisis par Paul.

 

CHANT DU 45-10, les 3 strophes, page 691 J'ai soif de ta présence.

 

LA LOUANGE

Si haut que soit l'Éternel, il voit le plus humble,

de loin, il reconnaît l’orgueilleux,

Quand nous marchons au milieu des angoisses, 

tu nous fais revivre, 

C’est ta force qui nous rend vainqueur

L'Éternel fait tout pour nous

Notre Dieu, éternel est ton amour !

n'arrête pas l'œuvre de tes mains ! (d’après le Ps 138)

L'INSTITUTION DU BAPTEME

Les onze disciples allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée.

Quand ils le virent, ils se prosternèrent devant lui. Mais quelques-uns eurent des doutes.

Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre.

Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde”.

L'INSTRUCTION: Voici le moment que dans nos églises protestantes, on appelle "l'instruction". Pour les protestants, particulièrement d'origine calviniste, la parole doit instruire sur le geste, et donc le précéder, sinon le réformateur Calvin pourrait dire qu'il s'agirait de magie. Or rien de magique dans l'acte de baptême. C'est un geste, mais c'est aussi un signe de la grâce de Dieu donnée sans condition, que nous soyons enfant, jeune adulte, ou plus âgé. Pour la personne qui le demande, c'était aussi un choix décisif et impliquant, qui marque une vie, et qui s'offre pour permettre de transcrire le passé et éclairer l'avenir. Un choix, attestant, mais je devrais dire protestant, qui veut dire "témoigner devant" , protestant donc, de la liberté que trouve quelqu'un en Christ. Le baptême est un signe de la grâce de Dieu, mais il est aussi, pour les protestants luthériens et calvinistes, ainsi que pour les catholiques et les orthodoxes, et en cette semaine de l'unité, c'est bon de rappeler ce point commun, un sacrement, c'est à dire en langage clair, que c'est Dieu, au travers de ce geste qui s'engage et son engagement ne sera pas révoqué.

L'APPEL DU FUTUR BAPTISÉ

J'appelle maintenant le futur baptisé

- Comment t'appeles-tu?

- ( seul le prénom peut être dit)

- Que demandes-tu?

- Je demande le baptême.

- Avec l'Église Universelle, veux-tu confesser la foi chrétienne?

- Oui, Jésus-Christ est le Seigneur.

Paul, tu as entendu la parole de Dieu. Elle devient pour toi une bonne nouvelle, une parole vivante . Le Dieu de Jésus-Christ te connaît par tin nom et t' accueille sans condition. Pour toi s'accomplit cette parole de l'apôtre : « nous aimons Dieu parce qu'il nous a aimés le premier. »

Aux premiers temps de l'Eglise le baptisé était plongé tout entier dans l'eau, comme s'il était noyé. Il en était retiré pour signifier sa renaissance à une vie nouvelle.

Aujourd'hui Paul, de l'eau va être versée sur ta tête mais le sens du baptême reste le même : en Jésus-Christ, tu es passé de la mort à la vie, tu es création nouvelle. C'est l'oeuvre de l'Esprit

- Frères et soeurs, c'est dans la joie et la reconnaissance que nous entourons Paul

Pour manifester que vous êtes témoins de son baptême, je vous invite à vous lever.

 

LE BAPTÊME

Nous prions:

Notre créateur,

Envoie sur Paul et sur chacun de nous ton Saint-Esprit afin que ce baptême soit signe de ta grâce et de notre nouvelle naissance en Jésus-Christ. Amen.

 

- Paul, je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. AMEN

 

 

-LECTEUR--

Pour toi aussi, Paul , cette parole est vive (1 texte choisi par le pasteur lu par Claire Gruson) :

 

« Vous que j’ai pris à ma charge dès le sein maternel, que j’ai portés dès votre naissance ! Jusqu’à votre vieillesse je serai le même, jusqu’à votre âge avancé je vous soutiendrai ; je l’ai fait et je veux encore porter, soutenir et libérer. » (Ésaïe 46.3,4)

 

 

L'EXHORTATION AU BAPTISÉ

 

avec membres du bureau / Conseil présents qui entourent Paul dans le geste de la bénédiction.

 

 

- Paul, tu as reçu le signe de la grâce de Dieu.

Tu es invité à prendre part à la vie spirituelle, cultuelle et matérielle de l'Eglise protestante unie de Port Royal Quartier Latin qui t' accueille aujourd'hui. Tu es convié à nourrir ta foi par la lecture de la bible et la prière, par l'écoute de la prédication et la participation à la cène.

Tu es encouragé à mettre au service des autres les dons que tu as reçus.

Dans ta faiblesse, Dieu mettra sa force, il sera ta joie

 

- Paul, est-ce que tu le veux?

- Oui, je le veux, que le Seigneur me soit en aide.

 

CHANT du 23-05, les 4 strophes, page 270,

Nous célébrons un saint mystère

 

 

 

L'EXHORTATION A L'ASSEMBLEE

 

Frères et soeurs, vous êtes témoins du baptême de Paul

Il nous rappelle que l'amour de Dieu est toujours premier et que le Seigneur est fidèle.

Nous qui avons été baptisés,ou qui sommes appelés à demander le baptême, nous sommes enfants de Dieu par la foi en Jésus-Christ, mort et relevé pour nous ; nous accueillons Paul comme frère dans notre Eglise.

Aucune contrainte ne le retiendra dans la communauté chrétienne

mais, s'il vient à s'en séparer, vous affirmerez qu'il peut toujours y retrouver sa place. Vous êtes sa famille spirituelle ;

vous l'entourerez de votre affection et le soutiendrez par votre prière. Vous serez ainsi pour lui des témoins de 1 'amour de Dieu.

 

Voulez vous cela, si oui, manifestez le en disant à haute voix " oui, nous le voulons"

- Oui, nous le voulons !

 

- Que Dieu vous soit en aide.

 

J'invite l'assemblée à se rassoir, et Paul à maintenant nous présenter son témoignage.

 

LA PROFESSION DE FOI // témoignage de Paul

 

Orgue

 

--LECTEURS--

 

LA PRIÈRE D'ILLUMINATION (ensemble)

"Seigneur, souffle sur les pages de notre Bible et retourne les dans tous les sens pour que des mots anciens reprennent vie et que dans notre vie des pages se tournent."

 

LA LECTURE DU TEXTE CHOISI PAR PAUL

 

MARC 4

35 Le soir de ce même jour, il leur dit : Passons sur l'autre rive. 36Après avoir renvoyé la foule, ils l'emmènent comme il était, dans le bateau ; il y avait aussi d'autres bateaux avec lui. 37Survient une forte bourrasque : les vagues se jetaient dans le bateau, déjà il se remplissait. 38Lui dormait à la poupe sur le coussin. Ils le réveillent et lui disent : Maître, nous sommes perdus et tu ne t'en soucies pas ? 39Réveillé, il rabroua le vent et dit à la mer : Silence, tais-toi ! Le vent tomba et un grand calme se fit. 40Puis il leur dit : Pourquoi êtes-vous peureux ? N'avez-vous pas encore de foi ? 41Ils furent saisis d'une grande crainte ; ils se disaient les uns aux autres : Qui est-il donc, celui-ci, que même le vent et la mer lui obéissent ?

 

Orgue bref

 

 

 

--PASTEUR --

 

LA PRÉDICATION

 

Paul, pour son baptême a choisi un récit où des disciples sur un bateau qui est pris dans une bourrasque (notez déjà qu'il s'agit bien ici d'une bourrasque et non pas d'une tempête, comme le racontera l'évangile de Matthieu), des disciples donc, qui se sentent menacés de tomber à l'eau et de se noyer, mais qui finalement ne tombent pas ni ne sont noyés, puisque le calme revient. Car si une bourrasque est très violente, elle est de courte durée. Mais oui, quand on est pris dedans, on ne le sait pas. Les disciples ne le savaient pas, et nous, nous resterons toujours à nous demander si Jésus le savait, lui, qui était en train de dormir.

 

Paul, quand il m'a présenté ce récit pour le jour de son baptême, n'aurait absolument pas pu faire mieux pour dire ce dont il est question, quand on évoque le baptême.

En effet, une des significations profondes du baptême, c'est la mise en scène d'une expérience de noyade, et puis d'un sauvetage par un sauveteur. Car le baptême contrairement aux rites d'ablutions, qui impliquent aussi de l'eau, nécessite la présence d'une autre personne, qui relève le baptisé de l'eau où il a été plongé; ce qui signifie non seulement un passage de la mort à la vie, mais aussi la nécessité de ce sauveteur, que l'officiant du baptême va figurer et les deux protagonistes renvoient à l'évangile de Pâques qui proclame que le seigneur Jésus lui-même a été relevé de la mort par la grâce de son père.

Ainsi, par ce choix d'un texte pareil comme texte du jour- car pour leur baptême, les baptisés choisissent le texte du jour- je savais que Paul avait bien fini son catéchisme, et qu'il avait tout saisi de ce qui est important dans cette affaire.

Donc, si un jour vous devez à quelqu'un expliquer une des significations profondes du baptême, prenez ce texte de Marc comme fil d'Arianne; pas celui de Matthieu qui lui, raconte un véritable miracle face à une "très grande tempête" un séisme en grec, mais celui de Marc, et allez-y, racontez quelque chose, annoncez l'évangile!

Paul, à travers son choix de ce récit, et à travers son témoignage a déjà bien annoncé l'évangile, et a ainsi déchargé le prédicateur que je suis de d'une partie de cette tâche. Néanmoins, je voudrais vous rendre attentif à certains éléments, pas déchainés, de ce récit qui pourraient éventuellement vous aider justement à en dire quelque chose.

 

On l'a vu, ici il s'agit d'une bourrasque et le lac de Tibériade- 160 km2 c'est pour ça qu'on l'appelle une " mer " - est bien connu pour la soudaineté de ses tourbillons, bourrasques, tempêtes. Et bien entendu, les disciples le savaient aussi; d'où quand même un certain étonnement du lecteur face à leur réaction paniquée.

Mais il faut dire aussi, à leur décharge, que c'était bien Jésus qui leur avait demandé de passer sur l'autre rive, le soir, et peut-être que certains parmi les disciples, au moins quatre, anciens pécheurs chevronnés, auraient pu se dire qu'en fait ce n'était pas le moment, mais puisque, c'est Jésus qui le dit, cela va bien se passer..., mais en fait non. D'où cette panique, mais une panique faite de remontrance, qu'on retrouve dans cette phrase sublime : " nous sommes perdus (sous entendu à cause de toi), et tu ne t'en soucies pas?" . Je dis sublime car cette phrase est directement inspirée de plus belles remontrances bibliques à Dieu , par exemple dans le psaume 28 : Éternel! c'est à toi que je crie. Mon rocher! ne reste pas sourd à ma voix, ou dans le livre d'Habacuk 1: Jusqu'à quand, ô Éternel?... J'ai crié, Et tu n'écoutes pas! J'ai crié vers toi à la violence, Et tu ne secours pas!

Ou dans le livre de Job (ch.19) évidemment : Voici, je crie à la violence, et nul ne répond; J'implore justice, et point de justice!

L'humain est désemparé dans sa foi en un Dieu qu'il croit être responsable de tout d'une part, et qui en plus ne répond pas, puisque semble-t-il, il dort... comme dort Jésus dans ce récit, et d'un sommeil très profond.

" nous sommes perdus et tu ne t'en soucies pas?" L'essence même de la prière, finalement, un cri pour réveiller un Dieu qui dort.

Les amateurs de lecture bibliques pensent par exemple à Jonas, qui a été jeté à l'eau pour calmer une tempête, et puisque dans le nouveau testament on se demande ce qu'est "le signe de Jonas" que Jésus a un jour évoqué, on peut éventuellement le chercher dans ce récit, c'est une piste...

mais les amateurs de bible pensent surtout à cette question suspendue du Psaume 8, qui n'est peut-être pas qu'une question rhétorique : qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui, le fils d'un homme, que tu en prennes souci ?

 

Jésus, que le vacarme de la bourrasque n'a pas du tout géné, a quand même été réveillé par les cris de ses disciples, et il ordonne au vent et à la mer de se taire. Ensuite, il traite ses disciples de peureux - remontrance contre remontrance - et il interroge leur confiance. Il agit un peu comme quelqu'un dans un immeuble, qui reveillé par les bruits de ses voisins se met à hurler à la fenêtre pour en fait réveiller tout le monde. Et de fait, la réaction de Jésus a de quoi réveiller les disciples de leur peur, mais aussi de leur torpeur dans le sens où ils ne sont pas encore véritablement confiants. On les comprend, certes, parce que c'est nous, les disciples.

 

Alors on laissera en suspens la question du miracle ou non dans cette histoire et peut-être que Jésus savait bien que cette tempête n'allait pas durer. L'important ici, c'est le changement dans la conception de l'action divine. C'est ici l'annonce de la fin de la pertinence des plaintes continuelles contre Dieu, qui se glissent souvent en catimini dans des psaumes de louange.

Il ne s'agit plus de plaindre et de s'offusquer du présumé silence de celui qui ne répond pas alors que nous sommes en train d'être affligés.

Si nous pensons que Dieu dort, hé bien il faut employer la prière comme un cri pour le réveiller. Les disciples, c'est nous...

 

Mais surtout, il faut prendre conscience enfin que de toute façon la barque dans laquelle nous sommes embarqués est fragile et que des bourrasques, il y en a, il y en a eu, il y en aura. La foi, autre nom de la confiance- disons que la foi c'est la confiance sublimée- elle nécessite d'être envisagée par temps calme pour le moment où elle sera utile et réelle dans un temps de tempête.

C'est à cela que ces récits servent. Ils doivent être lus , médités, et je dirais expérimentés par temps calme, car il sera impossible de lire quoi que ce soit dans la tempête. Comme le dit un cantique, notre barque est en danger, et le chrétien qui a fait l'expérience du baptême réponds, d'une certaine manière: et alors?

S'affronter, déchiffrer, se battre avec les textes bibliques pour un chrétien, c'est comme la madeleine de Proust. C'est vivre une expérience qui un jour prendra toute sa valeur. Je cite La recherche du temps perdu:

 

Mais à l'instant où la gorgée mêlée des miettes du gâteau, toucha mon palais, je tressaillis...et plus loin : j'avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel.

 

Les textes bibliques sont faits pour être lus comme une expérience de vie, pour qu'éventuellement, plus tard, quelque chose nous soit révélé au travers de leur réminiscence spontanée.

 

Bien sûr que notre barque est en danger, c'est notre condition humaine basique. Mais le baptisé, comme ces disciples dans leurs barques qui pour l'instant vivent une espèce catéchèse dans un baptême mouvementé, auront cette foi qui certes ne méprise pas le danger, la fragilité, une foi pour toujours répondre toujours à la détresse des autres, mais ils seront avec cette foi qui leur dit qu'ils sont déjà sauvés, qu'ils sont déjà relevés d'entre les morts, qu'il ont déjà échappé à la tempête et qu'ils sont déjà revenus sur la terre ferme avec leurs frères et leurs soeurs pour par exemple, comme le raconte la finale de l'évangile de Jean, manger avec eux du poisson grillé.

Oui, les récits bibliques ne nous préparent pas uniquement à affronter des tempêtes, mais nous préparent aussi au bonheur.

 

Orgue

 

LA CONFESSION DE FOI (ensemble)

Je crois en un seul Dieu, le Créateur de toute chose.

 

Je crois en une vie qui dépasse l'espace et le temps, qui est plus que ce que les yeux peuvent voir, ou même ce qu'un cœur peut sentir.

Je crois dans un amour infini, sans limite ni condition - un amour capable de traverser tous les obstacles et de transformer la peine en joie. Je sais qu’il y a une force puissante à l’œuvre dans ma vie et je me sens protégé.e par elle chaque jour.

 

Je suis reconnaissant.e pour le don inestimable du pardon offert à chacun d'entre nous, même si nous ne sommes pas toujours dignes de cette grâce divine - car ce pardon se révèle encore plus grand que nos erreurs passées ou présentes. J'ai foi en la bonté des gens autour de moi; j’y trouve mon inspiration quotidienne pour faire preuve non seulement de gentillesse mais aussi de courage face aux difficultés rencontrées sur mon chemin .

 

Je crois en la puissance de Dieu pour illuminer mes jours comme un soleil rayonnant remplit chaque pièce obscure qu' il traverse .

 

vous me prierez, et je vous exaucerai. Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre coeur. Je me laisserai trouver par vous, dit l'Eternel, et je ramènerai vos captifs [Jérémie 29]

 

 

CHANT du 32-22, les strophes 1 et 3, page 372, Ô peuple fidèle

(chant de Noël, mais choisi par Paul puisque c'est un souvenir marquant de son école biblique)

 

--LECTEURS--

 

À LA TABLE DE COMMUNION, un lecteur et le pasteur

 

 

LA PRIÈRE D'INTERCESSION

Seigneur, nous te présentons notre monde qui a bien besoin de ressusciter, d’être remis debout. Apprends-nous à considérer toute personne comme une soeur ou un frère, apprends-nous à renoncer un peu à nous-mêmes pour partager avec d’autres la liberté que tu nous apportes. Permets-nous d’être auprès des autres des témoins de la bonne nouvelle et de l’espérance qui en jaillit. Invite-nous encore à changer ce monde que tu nous confies en combattant le sectarisme, le sarcasme et les divisions.

Notre Père

 

La préface

c'est notre joie et notre salut de te rendre grâces

notre Seigneur, pour la gloire de ta création et pour ton amour

avec l'Eglise universelle

en une commune allégresse,

nous célébrons ton nom et nous te chantons

 

L'institution

Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous; car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père.

 

--PASTEUR --

L'épiclèse

Il n’y a ici qu’un peu de pain et un peu de vin. Envoie sur nous ton Esprit-Saint pour que nous les recevions comme les signes dont notre foi a besoin pour discerner la présence de Jésus-Christ au cœur de notre vie.

 

L'invitation

Le Seigneur Jésus dit : Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.

Voici que vous avez trouvé grâce devant Dieu.

Venez et goûtez combien le Seigneur est bon. Venez, car tout est prêt.

(assemblement)

Accueil de Paul à la Cène, par un.e conseiller.e presbytéral.e

(...)

Le pain que nous rompons est la communion au corps de notre Seigneur Jésus Christ, qui a été donné pour nous.

La coupe de bénédiction pour laquelle nous rendons grâces est la communion au sang de notre Seigneur Jésus-Christ, le sang de la nouvelle alliance

Mon âme, bénis l'Éternel, Et n'oublie aucun de ses bienfaits!

 

La communion

 

Retour aux places

 

Chant du 34-18, strophes 1, 2, 3, page 456 À Toi la gloire

 

L'EXHORTATION FINALE

Ne cessez pas de vous aimer les uns les autres.

Rappelez-vous que vous devez bien accueillir ceux qui viennent chez vous.

Souvenez-vous de ceux qui sont en prison comme si vous étiez en prison avec eux. Souvenez-vous de ceux qui sont maltraités comme si vous étiez maltraités comme eux.

 

Contentez-vous de ce que vous avez car Dieu a dit : « Je ne te laisserai jamais, je ne t’abandonnerai jamais. »

 

LA BENEDICTION

Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, afin que vous débordiez d’espérance. Amen.

 

Orgue


LA FEUILLE DE CULTE DU JOUR

CLIQUER POUR + DE NETTETÉ
CLIQUER POUR + DE NETTETÉ


.