Menu
Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port-Royal (cultes tous les dimanches 10H30) & La Maison Fraternelle (cultes tous les dimanches à 18H30 (hors vacances)

Oracle du Seigneur : « Je suis l’amour, la joie et la vie…

Prédication du dimanche 6 mai 2018, par Antoine Peillon



Oracle du Seigneur : « Je suis l’amour, la joie et la vie… »

Sur Jean 15:9-17

Prédication du dimanche 6 mai 2018, par Antoine Peillon

Temple Arago et Maison fraternelle / EPUPRQL

 

Jean 15, 9-17 (NBS)

 

9Comme le Père m’a aimé (ἠγάπησέν / égapésen), moi aussi, je vous ai aimés (ἠγάπησα⸃ / égapésa). Demeurez dans mon amour (ἀγάπῃ / agapé).

10Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour (ἀγάπῃ / agapé), comme moi j’ai gardé les commandements de mon Père et je demeure dans son amour (ἀγάπῃ / agapé).

11Je vous ai parlé ainsi pour que ma joie (χαρὰ / chara) soit en vous (ἐν ὑμῖν / èn umin) et que votre joie (χαρὰ / chara) soit complète (πληρωθῇ / plérothé).

12Voici mon commandement : que vous vous aimiez (ἀγαπᾶτε / agapaté) les uns les autres comme je vous ai aimés (ἠγάπησα / égapésa).

13Personne n’a de plus grand amour (ἀγάπην / agapèn) que celui qui se défait de sa vie (ψυχὴν / psuchèn) pour ses amis (φίλων / philon).

14Vous, vous êtes mes amis (φίλοι / philoï) si vous faites ce que, moi, je vous commande.

15Je ne vous appelle plus esclaves, parce que l’esclave ne sait pas ce que fait son maître. Je vous ai appelés amis (φίλους / philous), parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père.

16Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et institués pour que, vous, vous alliez, que vous portiez du fruit (καρπός / karpos) et que votre fruit (καρπός / karpos) demeure ; afin que le Père vous donne tout ce que vous lui demanderez en mon nom.

17Ce que je vous commande, c’est que vous vous aimiez (ἀγαπᾶτε / agapaté) les uns les autres.

 

***

 

Bien sûr, il peut nous sembler qu’il n’y a pas grand mystère dans ce discours de Jésus sur l’amour mutuel comme commandement ultime de son Testament.

Il suffit de compter que le verbe « aimer » (ἀγαπάω / agapao) ou le nom « amour » (ἀγάπη / agapé) reviennent à neuf reprises dans ces neuf versets de l’évangile de ce jour. Et d’en conclure que l’amour du prochain est l’alpha et l’oméga de l’éthique chrétienne.

 

Et alors, tout est finalement si simple !...

 

Bien sûr, nous pouvons aussi relever que cet amour / agapé et cette façon d’aimer / agapao sont tout de même très spécifiques de Jean, puisqu’il fait usage de ces termes 44 fois, tandis que les trois évangiles synoptiques, Matthieu, Marc et Luc, ne les utilisent que 28 fois, au total.

 

Nous pouvons encore nous assurer que nous sommes dans une bonne lecture de l’évangile, une exégèse sûre et certaine, en faisant référence à cet autre texte du jour, la première épitre de Jean1 , dans les versets 7 à 10 de son chapitre 4. Souvenez-vous : « Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres ; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a jamais connu Dieu, car Dieu est amour. C’est en ceci que l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Et cet amour, ce n’est pas que, nous, nous ayons aimé Dieu, mais que lui nous a aimés et qu’il a envoyé son Fils comme l’expiation pour nos péchés. »

 

Dans cette perspective traditionnelle, les pères de l’Eglise, comme toujours, nous sont d’un grand secours, afin de ne pas nous égarer dans une interprétation trop libre, trop aventureuse, des versets de Jean.

 

Ainsi, Augustin, bien sûr, premier parmi les premiers, qui nous enseigne bien que l’amour est une cascade dont la source n’est autre que Dieu lui-même, articulant, au passage, grâce et œuvres. Je le cite : « ’’Comme mon Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés’’ (Jean 15:9, premier verset de notre péricope). Voilà pour nous le principe de toutes les bonnes œuvres, et d’où pourraient-elles venir, si ce n’est de la foi qui opère par la charité ? Et comment aurions-nous pu l’aimer, s’il ne nous aimait le premier ? Quant à ces paroles : ’’Comme mon Père m’a aimé, moi aussi je vous aime’’, elles n’emportent pas l’égalité de nature entre nous et Jésus-Christ, comme elle existe entre son Père et lui, elles signifient simplement la grâce du médiateur de Dieu et des hommes, Jésus-Christ homme. C’est cette médiation qu’il veut exprimer, lorsqu’il dit : ’’Comme mon Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés’’, car le Père nous aime aussi, mais en Jésus-Christ. »

 

C’est dense, je vous l’accorde.

Mais c’est simple, finalement, si simple !

 

Résumons :

  • Premièrement, Dieu aime Jésus-Christ, mais par nature, dans une complète égalité entre eux, puisqu’ils sont Père et Fils au sens divin des termes.

  • Deuxièmement, Dieu nous aime aussi, mais c’est par grâce, par don, par charité.

  • Troisièmement, c’est par l’intermédiaire de l’amour de Jésus-Christ pour nous que Dieu nous a fait don de son amour.

 

A partir de là, l’amour du prochain a trouvé sa source divine. Je cite la conclusion d’Augustin : « C’est par la seule et même vertu de charité que nous aimons Dieu et notre prochain, avec cette unique différence que nous aimons Dieu pour Dieu, et que nous aimons le prochain et nous-mêmes pour Dieu. (…) Celui qui aime Dieu est disposé à faire ce que Dieu lui commande ; il doit donc aimer son prochain pour obéir au commandement que Dieu lui en fait. »

 

Voici une conception certes transcendante de l’amour, mais un brin disciplinaire aussi…

 

Comme nous sommes loin de l’amour spontané entre les hommes, qu’il soit du type philia / affectueuse amitié, ou du type éros / désir / amour passionnel…

 

« Agapé » : l’amour fraternel, mutuel, spirituel… C’est d’agapé que Jésus-Christ nous parle, selon Jean ! Et selon Augustin. Et selon toute la tradition…

 

« Tout amour qui porte, à juste titre, le nom d’agapè est une émanation de l’amour divin. Son origine est en Dieu », insiste le pasteur suédois Anders Nygren, dès la première partie de son grand livre Eros et agapè. La notion chrétienne de l’amour et ses transformations (2 volumes : 1930,1936 ; cf. la bibliographie sommaire, en annexe).

 

Qu’on se le dise !

 

***

 

Alors, tout est dit ?

Il serait temps de finir ici notre lecture ?

Il ne me reste plus qu’à dire « Amen ! » ?

 

(Silence pesant…)

 

Ah, mais non ! Nous n’aurions alors fait que ressasser des vieilleries, des leçons déjà entendues, de la bonne prédication à la papa (je ne parle pas ainsi de Dieu le Père…).

 

Nous aurions papoté (je ne vise aucun pape) sur l’agapé comme amour fraternel, mutuel, universel, altruiste, spirituel…

 

Or, l’Evangile, la parole de Jésus, surtout portée par Jean, est de l’ordre de l’inouï, du jamais entendu encore, de la ressource toujours jaillissante, de ce qui advient nouvellement, de ce qui fait événement

 

C’est ce que nous demandons, d’ailleurs, dans la prière d’illumination dite tout à l’heure : « Seigneur, nous te cherchons dans la méditation de cette écriture ancienne ; rends-nous attentifs à l’écoute de la radicale nouveauté de ta Parole. »

 

« Inouï », « ressources jaillissante », « advenir », « événement »… : c’est ce dont me parlait aussi, le 3 avril dernier, François Jullien.

 

François Jullien, vous le connaissez ?

 

Vous allez voir, c’est quelqu’un d’assez providentiel, en l’occurrence.

 

Car c’est rue Tournefort, en face de la Maison fraternelle, dans la mansarde qui lui fait office de bureau, que j’ai rencontré ce philosophe extraordinaire, sinologue de réputation mondiale, helléniste aussi.

Ancien élève de l’Ecole normale supérieure (ENS), agrégé de philosophie (en 1974), docteur d’Etat en études extrême-orientales (en 1983), professeur des universités, François Jullien a reçu, en 2010, le prix Hannah Arendt pour la pensée politique et, en 2011, le grand prix de philosophie de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre, une trentaine de ses quelque quarante essais ayant été traduits en allemand, italien, espagnol, anglais, chinois et vietnamien…

 

Impressionnant CV ! N’est-ce pas ?

 

Mais, surtout, il y a ce nouveau livre - un livret plutôt – que François Jullien vient de publier sous le joli titre de Ressources du christianisme (L’Herne, mars 2018) ! C’est une bonne nouvelle comme on n’en reçoit rarement, dans le monde des idées. Je pourrais vous parler ainsi de l’évangile selon Jullien…

 

Il s’agit, en réalité, d’une lecture inédite de l’évangile de Jean, au plus près de sa lettre grecque originelle, d’une écoute de ce qu’il y a d’inouï dans les paroles de Jésus-Christ.

 

Rue Tournefort ; évangile de Jean : double signe de la Providence ! Ne passons pas à côté des signes (de semeion : signe, miracle, prodige…) sans y penser, surtout quand ils ont deux ailes, comme François Jullien : J-U-L-L-I-E-N…

 

Il devient, dès lors, très difficile de traduire l’agapé de Jean par « charité », ou même par « amour », sans plus de précisions.

 

Nous l’avons vu, notamment avec Augustin, les lectures et traductions traditionnelles d’agapé nous font trop tomber dans la logique moralisatrice des œuvres, même si c’est par la grâce de Dieu.

 

***

 

Or, en écoutant Jullien, on entend qu’agapé signifie, dans le christianisme, quand celui-ci est toujours ressources, l’amour en tant qu’il est expansif, c’est-à-dire au sens de la vie expansive que signifie zôé, le terme choisi par Jean pour signifier la vie éternellement vivante, la vie du vivre et non point du vital, comme le signifie psuché, au verset 13 de notre texte de ce jour, par exemple…2

 

Or, l’amour expansif, ainsi compris, est l’amour du « Je vis à travers toi », tel qu’il se répand sans limite de l’un à l’autre, de l’un dans l’autre. Jésus dit doublement : « Croyez-moi : moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi. » (Jean 14:11) et « Demeurez en moi, comme moi en vous. » (Jean 15:4).

 

Agapé, c’est de l’amour rentre dedans, si j’ose dire, qui ne peut être seulement de l’entre-soi, du communautaire, ni même de l’entre toi et moi, du conjugal… Il a le goût du pain et du vin, au moment de la sainte Cène.

 

Cet amour est ressource, effectivement, parce qu’il fait advenir un absolu, un infini, un sujet et non pas un objet, une finalité et non pas une finitude.

 

« Jésus, ayant aimé les siens, ceux qui sont dans le monde, les aima jusqu’à la fin », nous dit Jean, encore, au premier verset du chapitre 13 de son évangile. « Jusqu’à la fin » (eis télos) ! Car cette fin, télos, ne dit pas seulement le terme, mais aussi l’accomplissement, l’achèvement, le comblement ou le plein développement.

 

Si l’on aime de cet amour expansif, si l’on aime d’agapé, on aime « jusqu’à la fin ». Jusqu’à la fin qui n’est pas la mort, mais, au contraire, la vie (zôé) que l’on a en soi, en plénitude, comme la joie que la parole de Jésus-Christ fait entrer en nous, au-dedans de nous : « Je vous ai parlé ainsi pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète… » (verset 11)

 

Jean n’a pas un discours abstrait, mais un discours spirituel. Dans le texte grec de son évangile, il ne faut pas comprendre « vivant » comme symbolique, mais comme ce qui ne meurt pas, ce qui fait vivre, comme l’eau que Jésus donne, par ses paroles, à la Samaritaine (Jean 4:13-15) : « Jésus lui répondit : (…) celui qui boira de l’eau que, moi, je lui donnerai, celui-là n’aura jamais soif : l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira pour la vie éternelle. La femme lui dit : Seigneur, donne-moi cette eau-là, pour que je n’aie plus soif et que je n’aie plus à venir puiser ici. »

 

Au-delà de l’amour / agapé, Jean nous aide à penser ce qui est le plus difficile à penser, à savoir la vie, car vivre résiste toujours à la pensée. Grâce à lui, nous comprenons ainsi ce qu’est la « vie éternelle », cette vie effectivement vivante, surabondante, qui ne peut pas mourir, en tant qu’elle est source de vie.

Nous accédons ainsi, grâce aux paroles du Christ, à la vie en tant que source de vie, vie « effectivement vivante », ou « vie surabondante ». On passe ainsi du sens premier de nos vies au sens spirituel de la Vie.

 

Amen !

 

 

 

Bibliographie sommaire

 

  • Anders Nygren, Eros et agapè. La notion chrétienne de l’amour et ses transformations, 3 volumes, Aubier, 1944 ; Cerf, 2009.

  • Günther Bornkamm, Qui est Jésus de Nazareth ?, Seuil, 1973, pp. 127 à 135.

  • Henri Guillemin, L’Affaire Jésus, Seuil, 1982, en collection Points Essais, 1984.

  • Charles Perrot, Jésus et l’histoire, Desclée, édition nouvelle, 1995.

  • Gerd Theissen, L’Ombre du Galiléen, Cerf, 1998.

  • Charles Perrot, Jésus, PUF, coll. Que sais-je ?, 1998 ; sixième édition mise à jour, 2014.

  • Henry Mottu, Le Geste prophétique. Pour une pratique protestante des sacrements, Labor et Fides, 1998.

  • Daniel Marguerat (dir.), Introduction au Nouveau Testament. Son histoire, son écriture, sa théologie, Labor et Fides, 2000 ; nouvelle édition, 2008.

  • Simon Claude Mimouni et Pierre Maraval, Le Christianisme, des origines à Constantin, PUF, Nouvelle Clio, 2006.

  • Pierre Prigent, Jésus. La foi au risque de l’histoire, Olivétan, 2010.

  • Jean Zumstein, L’Evangile selon saint Jean, 2 vol., Labor et Fides, 2007 et 2014.

  • Marie-Françoise Baslez, Jésus. Dictionnaire historique des évangiles, Omnibus, 2017.

  • Emmanuel Durand, Jésus contemporain. Christologie brève et actuelle, Cerf, 2018.

  • François Jullien, Ressources du christianisme, L’Herne, 2008.

1  Rédigée, sans doute, par un collectif de l’école johannique, plutôt que par une personne particulière, notamment Jean le Zébédaïde, ou Jean le Presbytre, ou encore « l’Ancien ». Le lieu de rédaction est vraisemblablement en Asie Mineure, du côté d’Ephèse. Cf. Jean Zumstein, « Les épîtres johanniques », dans Daniel Marguerat (dir.), Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides, 2008, 4e éd. (1ère éd. 2001), pp. 404 et 405.

2  Lire Ressources du christianisme, pp. 53 à 70.

.