Menu


Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port Royal & Maison Fraternelle

Oui ou Non ? Extraits culte de Noël 2023

La prédication de Noël 2023, par Robert Philipoussi, au Violon Nathalie Rollier



predication_du_25_decembre_2023.mp3 prédication du 25 décembre 2023.mp3  (51.39 Mo)

Audio: pièces de violon par Nathalie Rollier, lectures et prédication.
Textes du culte, y compris la prédication


LECTURE INITIALE

 

Psaumes 98.1-2 (extraits)

1 Psaume. Chantez pour le SEIGNEUR un chant nouveau, car il a fait des choses étonnantes ; (…) . 2 Le SEIGNEUR a fait connaître son salut, il a dévoilé sa justice sous les yeux des nations. 

 

ESAIE 62.11 et 12 

Voici ce que l'Éternel proclame aux extrémités de la terre: Dites à la fille de Sion: Voici, ton sauveur arrive; Voici, le salaire est avec lui, Et les rétributions le précèdent. On les appellera peuple saint, rachetés de l'Éternel; Et toi, on t'appellera recherchée, ville non abandonnée.

 

ESAÏE 9.1-5 Ou quand la prophétie d'un peuple devient universelle.

1 Le peuple qui marche dans les ténèbres a vu une grande lumière ; sur ceux qui habitent le pays de l'ombre de mort une lumière a brillé. 2 Tu as rendu la nation nombreuse, tu l'as comblée de joie. Ils se réjouissent devant toi de la joie des moissons, de l'allégresse qui règne au partage du butin. 3 Car le joug qui pesait sur elle, la trique qui frappait son dos, le bâton de son oppresseur, tu les as brisés comme au jour de Madiân. 4 Toutes les bottes qui piétinaient dans la bataille et tous les manteaux roulés dans le sang seront livrés aux flammes, pour être dévorés par le feu. 5 Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Il a la souveraineté sur son épaule ; on l'appelle du nom de Conseiller étonnant, Dieu-Héros, Père éternel, Prince de paix.

 

Silence non annoncé

 

pièce de violon

 

 

SALUTATION ET LOUANGE Accueillons le S comme il nous accueille en faisant nôtre la joie du prophète Esaïe, levons nous.

[DEBOUT]

 

 

Esaïe 52.7 

 

7Qu’ils sont beaux, sur les montagnes, les pas de celui qui porte la bonne nouvelle,qui proclame la paix,de celui qui porte l’heureuse nouvelle,qui proclame le salut

 

32-01, D'un coeur joyeux, page 370

LOUANGE

Loué sois-tu, Seigneur, toi qui vis en nous donnant la vie, toi qui parles en nous donnant la parole. Loué sois-tu, Seigneur, toi par qui nous sommes ce que nous ne serions pas par nous-mêmes. Loué sois-tu, Seigneur, toi pour qui nous sommes ce que nous n'avons pas été pour nous-mêmes. Loué sois-tu, Seigneur, toi en qui nous ne sommes pas ce que nous sommes en nous-mêmes. 

Comme l'année nouvelle qui rompt avec l'année qui s'achève, fais que nous rompions de même avec tout ce qui nous éloigne de nous en nous éloignant de toi. Toi qui nous aimes une fois pour toutes, fais que de même, par ta grâce, nous vivions une fois pour toutes le temps qu'il nous faut et que tu nous accorde pour rompre avec la mort comme avec notre passé. 

Face à l'avenir, garde-nous, Seigneur ! Garde-nous d'en faire une prolongation de notre passé et fais- nous la grâce de l'aborder sans que nous y soyons condamnés. Car nous n'avons d'avenir que par ta grâce : celle que tu nous fais aujourd'hui et qu'en Christ tu nous accordes et nous renouvelles de jour en jour, une année après l'autre, et une fois pour toutes d'éternité en éternité. 

Gabriel Vahanian Toi qui vis en nous donnant la vie (Inédit, non daté)

 

 

32-14 Oh Quel éclat, page 362

 

REPENTANCE

Dieu notre Père, trop souvent notre manque d’amour, notre manque de foi et d’espérance nous entraînent loin de toi.

Mais toi inlassablement tu viens, ta Parole nous rejoint et ta promesse s’accomplit. Voici : un enfant nous est né, un fils nous est donné.
il est à jamais Admirable, Conseiller, Dieu fort, Prince de la paix. Dieu fait briller sa lumière. Il donne son fils, Jésus, lumière du monde : La grâce et la vérité sont venus pour tous. Amen

32-06 0 Seigneur de la terre, page 356 st 1

ANNONCE DU PARDON

A Noël, Jésus est venu nous rejoindre dans une maison ouverte aux quatre vents, pour que chacun le découvre et le rencontre.

Il nous dit :

Va, va sans crainte. Tu es pardonné de tes hésitations, de tes doutes.

Va, je demeure avec toi aujourd’hui et pour toujours.

Aujourd’hui, c’est un jour de renouvellement et de pardon.

Que le Seigneur te bénisse.

[DEBOUT]

 

32-06 0 Seigneur de la terre, page 356 st 2

 

VOLONTÉ DE DIEU [LECTEUR]

Personne ne peut prétendre connaître la volonté de Dieu. Ce que nous pouvons connaître, c’est sa voix, même étouffée, qui nous oriente quand nous voulons l’entendre.

Que te dit le Seigneur en ce jour ?

 

Il te dit « Ecoute », tel est le plus grand des commandements.

 

32-06 0 Seigneur de la terre, page 356 st 3

 

 

[ASSIS]

PRIERE D'ILLUMINATION (LECTEUR)

-Aide nous Seigneur, par ton inspiration, à nous faire entendre le son de ta Parole.

 

LECTURES (LECTEURS)

 

LUC 2 1 En ces jours-là parut un décret de César Auguste, en vue du recensement de toute la terre habitée. 2Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. 3Tous allaient se faire recenser, chacun dans sa propre ville. 4Joseph aussi monta de Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David appelée Bethléem, parce qu'il était de la maison et de la famille de David, 5afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.

6 Pendant qu'ils étaient là, le temps où elle devait accoucher arriva, 7et elle mit au monde son fils premier-né. Elle l'emmaillota et l'installa dans une mangeoire, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans la salle.

 

 

HÉBREUX 1

1 Après avoir autrefois, à bien des reprises et de bien des manières, parlé aux pères par les prophètes, Dieu 2nous a parlé, en ces jours qui sont les derniers, par un Fils qu'il a constitué héritier de tout et par qui il a fait les mondes. 3 Ce Fils, qui est le rayonnement de sa gloire et l'expression de sa réalité même,

soutient tout par sa parole puissante ;

après avoir fait la purification des péchés,

il s'est assis à la droite de la majesté dans les hauteurs,

4 devenu d'autant supérieur aux anges

qu'il a hérité un nom plus remarquable que le leur.

5 Auquel des anges, en effet, Dieu a-t-il jamais dit :

Tu es mon Fils,

c'est moi qui t'ai engendré aujourd'hui.

Et encore :

Moi, je serai pour lui un Père,

et lui sera pour moi un Fils.

6 Et encore, quand il introduit le premier-né dans le monde, il dit :

Que tous les anges de Dieu se prosternent devant lui !

7 Pour les anges, il dit :

Il fait de ses anges des souffles,

de ses serviteurs un feu flamboyant.

8 Mais pour le Fils :

Ton trône, ô Dieu, est établi pour toujours,

le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité. 9 Tu as aimé la justice et tu as détesté le mal ; c'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a conféré une onction d'huile d'allégresse, à toi plus qu'à tes compagnons.

10 Et encore :

C'est toi, Seigneur, qui as fondé la terre au commencement,

et les cieux sont l'ouvrage de tes mains ;

11 Ils disparaîtront, mais toi, tu demeures ;

ils s'useront tous comme un vêtement ;

12 Tu les rouleras comme un habit,

et ils seront changés comme un vêtement, mais toi, tu es le même, et tes années ne finiront pas.

13 Et pour lequel des anges a-t-il jamais dit : Assieds-toi à ma droite,

jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied.

14 Ne sont-ils pas tous des souffles serviteurs, envoyés pour exercer leur ministère en faveur de ceux qui vont hériter le salut ?

 

pièce de violon (court)

 

 

PRÉDICATION

 

Dans le livre de l'Exode, au chapitre 17, le peuple qui a soif dans le désert a récriminé contre Moïse en disant « L'Eternel est-il au milieu de nous, ou n'y est-il pas? » «Oui ou non?»

 

Noël est la fête qui célèbre la venue de Dieu dans l'histoire humaine et dans le Monde tel que nous y vivons.

Etonnant, cette fête mondiale et doublement millénaire. Étonnant que parfois on prétende la regarder de haut alors, qu'en fait, c'est un phénomène ahurissant.

Pourtant, au cœur de la fête, beaucoup en ont oublié, ou ne considèrent pas ou plus, son motif initial. Et chez d'autres, parmi ceux et celles qui n'ont pas oublié , on se demande « mais finalement, Dieu est-il venu au milieu de nous, oui ou non ? » .

 

Le contexte mondial actuel pousserait, y compris les plus croyants, à se poser cette année et avec encore plus d'anxiété la légitime question « Dieu est-il venu? Oui ou non ?» . Mais chaque année, en fait, chaque année, cette question se pose; ne serait-ce qu'à cause du contraste en ce que la fête dit et chante, «paix sur la terre», et l'actualité d'un monde qui n'a jamais connu la paix, à tout le moins des cesser le feu dans des rapports de force.

 

Mais l'évangile ; qui est à la source des traditions qui ont donné Noël, n'était lui , déjà pas dupe de cela. C'est dans ce monde-ci, ce monde réel, que l'annonce de la venue se fait. L'évangile selon Matthieu, par exemple, fait coïncider la naissance du Christ avec un massacre d’innocents diligenté par un despote nommé Hérode.

 

Innocent. Il semblerait que Noël soit devenue la fête de l'innocence. Parlons-en.

 

Je rappelle à ceux qui n'en ont pas pris conscience qu’innocent signifie, par son étymologie: incapable de nuire, (donc qui ne nuit pas) et que la partie de ce mot qui veut dire « nuire » vient elle-même d'une racine qui signifie «la mort». Un innocent est un être incapable de donner la mort, et non pas exactement un bénéficiaire d'une qualité vague qui évoquerait pêle-mêle la virginité, la candeur, ou la blancheur. C'est important de le préciser quand par exemple, l'actualité des guerres montre que les stratèges actuels ont définitivement cessé de prétendre qu'ils discrimineraient, dans leurs combats, ceux qui sont capables de nuire, et ceux qui en sont incapables. Comme les enfants, par exemple.

Jésus à sa naissance et comme tous les enfants , était innocent; et selon la légende de Matthieu, il a réchappé au massacre des innocents. En revanche, Jésus devenu adulte, n'était pas un innocent dans la mesure où il était capable de nuire; en tous les cas, selon la conception romaine et selon les chefs religieux, capable d'une nuisance symbolique à portée insurrectionnelle. La tradition en a fait une victime innocente, mais cette façon-là a contribué à faire oublier, à esquiver, ce pourquoi, finalement Jésus a été inquiété, arrêté puis condamné. Parce que sa parole appelait à la mort d'un monde injuste sur tous les plans. À peine arrivé dans le ventre de sa mère; celle-ci - rappelez vous la prédication d'Edith la semaine dernière – elle figure sur notre site protestantparis.net – celle-ci, prononçait un psaume qui actait le renversement des despotes, c'est-à-dire dire ceux qui n'ont aucune peur des innocents, dont il ne font aucun cas, et qui passent leurs misérables existences à tenter de se débarrasser de ceux qui pourraient vraiment leur nuire. Voilà pour l'innocence. Voilà une façon déjà de voir ce que pourrait vouloir dire cette venue de Dieu au monde.

 

Mais revenons à notre question: « finalement, Dieu est-il venu au milieu de nous, oui ou non ? » 

 

Pour cela, il faudrait déjà comprendre ce qui est arrivé pour que cette étrange question se soit posée. Il faudrait déjà des faits précis pour commencer à échafauder des hypothèses.

 

Mais les écritures ne nous facilitent pas la tache. Car très tôt , il y a eu de nombreuses façons de concevoir celui qui était le représentant de cette venue. Il y a eu différentes façons de raconter l'histoire de Jésus, de sa naissance, à sa mort. Et il y a eu des myriades d'interprétations des paroles qu'il a prononcées, et des actes qu'il a accomplis.

 

 

Alors commençons. Par une affirmation, sous condition.

Tout absolument tout de ce qu'on dit de Noël, en tant que fête célébrant la venue de Dieu au monde, tout ce que l'on dit de ce Jésus, est vrai même si c'est loin d'en épuiser le sens. Toute parole sur « Noël » est vraie si et uniquement si et uniquement si Dieu est venu au monde. Car si Dieu est venu au Monde, l'événement est si grand, que toutes les façons de le dire,- et aujourd'hui parmi les textes du jour, nous avons une expression de leur diversités: chez Luc celui-ci est emmailloté dans une mangeoire parce qu'il n'y pas plus de placedans un hôtel, et dans la lettre aux Hébreux, qui a aussi été lue, le Fils de Dieu est rayonnant, il est décrit comme supérieur aux anges qui ne sont plus que des « souffles », et il s'assoit dans les hauteurs. On passe d'une mangeoire au plus haut des cieux !

 

Oui, toutes les façons de le décrire, même les plus erronées, finalement sont «vraies» , mais aussi toutes les façons de le célébrer, y compris les plus « laïques », y compris celles que nous trouverions les plus vaines les plus éloignées de ce qui pour nous serait l'esprit de Noël font partie de cet événement, en sont les plus ou moins heureuses répercussions. Car si Dieu est venu au Monde, l'événement est si grand, que tous nos sentiments provoqués par la fête de cet événement, y compris les plus mitigés, y compris les plus naïfs, y compris les plus émerveillés, font partie de cet événement, en sont les répercussions, en les ondes, les répliques. Cet événement est plus grand que toute forme d'expression de celui-ci.

 

Je crois sincèrement que nous ne pouvons que nous tromper en cherchant à appréhender comme il faudrait la fête célébrant cet événement de la venue de Dieu au monde. Dans les églises protestantes, il était commun naguère de critiquer le « commerce autour de noël » , et la gabegie du réveillon. Certaines églises protestantes ne fêtent d'ailleurs pas Noël du tout, mais elles aussi, elles ont raison, mais très partiellement, comme toutes les autres formes, vis-à-vis de la profondeur de l'événement évoqué.

 

Nous aimerions méditer sur ce que nous croyons être la quintessence de cette fête – une jeune femme, une solitude, une mangeoire, car pour nous cette simplicité radicale correspondrait mieux à cet événement. Mais frères et sœurs, si nous croyons réellement que Dieu est venu au monde, comment imaginer que nous pourrions comprendre la dimension de cet événement et comment affirmer que nous serions plus proches de la vérité avec notre angle de vue, qui pourrait bien n'être qu'une façon parmi une infinité de façons de considérer la venue de Dieu.

 

Rien, si Dieu est venu au monde, ne peut dire ou symboliser, l'essentiel de cet événement car, cet événement est trop grand.

 

Les récits qui figurent dans nos évangiles qui racontent non pas Noël mais l'avènement du Fils de Dieu, eux aussi, sont vrais, mais sont loin, eux aussi, d'en épuiser toute la vérité. Cette littérature là, bien plus sophistiquée qu'on ne le croit , est aussi une répercussion, parmi d'autres, de cet événement si grand, de Dieu venu au Monde.

 

Alors bien sûr, cet événement « historique » bien qu'aucune histoire ne puisse l'épuiser, on peut aussi simplement ne pas y croire et on pourrait donc, si toutefois on a quand même envie d'en retirer quelque chose, passer au mode symbolique. Celui-ci consiste à dire « bien que ce genre de chose ne puisse arriver, le message provoqué par ce non événement est tout de même porteur de beauté et d'espérance. C'est l'imaginaire humain qui s'envoie à lui-même un message qui dit, justement, que quelque chose est possible à partir de rien ». 

 

Ce mode dit symbolique consisterait finalement à avoir le beurre et l'argent du beurre. Ne pas risquer de croire, mais quand même recevoir sa ration de sens et de morale. Certes, il ne s'est rien passé – certes on n'y croit pas, parce que c'est impossible - mais ce que cette croyance a généré est utile , l'esprit de pacification, de réconciliation, d'universalité. En gros: une fake news certes mais à la fin une bonne nouvelle.

Je ne crois absolument pas à la vertu de cette façon de concevoir un « symbolique » détaché du réel. Un Dieu utile même n'existant pas n'est pas du tout ma façon de voir les choses.

Je préfère l’alternative: Dieu est il parmi nous, oui ou non ?

 

Et la foi consiste à prendre le risque de choisir une des parties de cette alternative. Le «oui»

 

Dieu vient au monde pour mener la vie d'un humain. La critique spontanée est: mais pourquoi « humain »? N'y avait il pas d'autres façons de s'incarner ? La réponse spontanée et frappée d'idiotie – mais l'idiot, comme le ravi de la crèche, est celui ou celle qui possède son langage particulier- donc la réponse spontanément idiote est la suivante: L'humain serait le seul être connu de Dieu incapable de saisir la présence, la consistance du divin dans ce qui l'entoure et le produit. Il ne la voit pas, ne la ressent pas. Il peut parfois l'imaginer, ou croire en recevoir des éclats, mais il n'est pas constitué avec ce sens-là. Contrairement aux autres créatures, il ne se sent pas relié, il ne vit pas dans l'entière confiance, il a peur de la mort alors il la fabrique, il a peur de souffrir, mais il est indifférent à la souffrance de beaucoup d'autres, il a peur de l'abandon mais il abandonne, il ne sait pas se diriger, et il prétend diriger; c'est, selon la Bible unanime, un être pathétique. Il fallait donc qu'on lui parle, pour qu'à défaut de voir, ou de sentir avec ses sens du quotidien, il puisse au moins croire en cette présence du divin, et pour vraiment lui parler, il fallait un acte et il fallait donc qu'Il vienne au monde pour qu'au moins la possibilité de sa réelle présence émerge au sein de son imaginaire particulier à cet humain pathétique. Je dirais qu'il fallait que cet événement se fasse, et que cet événement ne soit pas symbolique, mais vrai. Qu'il soit historique. Bien qu'inracontable dans sa plénitude et presque inaccessible aux historiens.

 

Il fallait donc aussi ensuite, pour dire quelque chose quand même de cet événement , pour en partager la force, que des écrivains le prennent en charge. 

En l'anticipant, comme ESAIE, qui annonce la sortie des ténèbres. Qui annonce cet événement comme une déclaration de fin de guerre, comme une cessation des combats. Et il fallait des lecteurs pour commencer à habiller cet événement de toutes sortes de prophéties

.

Comme le fait sans le savoir ESAIE, mais aussi comme l'évangéliste Luc par exemple qui nous racontait lors du quatrième dimanche de l'avent, une des potentialités de cet événement . Une jeune fille comblée de grâce, une jeune fille perdue dans l'univers mais il s'agit de cette créature là, nommée Marie, qui est invitée à ne plus avoir peur. La disparition de la peur. Un événement qui est raconté aussi au travers d'une autre grossesse improbable, celle d'Elisabeth. Une autre femme mais à l'autre bout de la courbe de la vie . Mais une femme qui ne s'achèvera pas dans la courbe commune, puisque vieille, elle enfante. Ce qui à nous, qui ne sommes pas écrivains, mais qui sommes des lecteurs, offre la possibilité de saisir un des aspects de cet événement : la centralité de la femme, déjà, jeune ou vieille, et aussi la sortie de toutes les formes de stérilités, surtout dans notre époque, où ces humains qui pratiquent massivement la stérilisation de la planète et qui comme les hébreux dans leur désert se demandent sans vergogne «L'Eternel est-il au milieu de nous, ou n'y est-il pas? » Mais regarde-toi, dit Dieu. Regarde-toi, regardez-vous, ne cessera, en substance, de dire Jésus. Ils ne savent pas ce qu'ils font.

 

Luc, et d'autres écrivains, raconteront les paroles de cet humain devenu grand. Toutes sont des paroles pour en finir avec la stérilité – parfois physique, mais le plus souvent encore plus catastrophique : la stérilité spirituelle, l’absence de fécondation du souffle, la stérilisation de l'espoir, qui au lieu de rendre heureux va dessécher les âmes et les cœurs en les comprimant, la stérilité comportementale qui fait oublier que le prochain est un autre soi même, la stérilité de nos gestes, si prudents, et si loin de la témérité de Jésus-Christ qui était tout sauf un innocent. Au point que l'évangile a inventé qu'il fallait d'abord mourir pour vivre de l'évangile. Voilà entre autres pourquoi l'évangile n'est littéralement pas «innocent»

Pour la foi, il se sert à rien d'interpréter « Noël » et toutes ces façons de le dire. La seule question à se poser est la suivante: 

Est-il au milieu de nous, oui ou non ?

 

Voudrions-nous réellement intégrer cet événement dans notre foi ? Ou en rester au stade dit symbolique ?

Qu'attendons nous pour abandonner le doute sur ce sujet ? Quand allons-nous enfin admettre que la parole s'est faite chair et qu'elle n'en peut plus d'attendre que nous la transformions en actes propres à faire correspondre cet événement au salut qu'il transporte ? AMEN.

 

pièce de violon (ample)

 

 

 

LA CONFESSION DE FOI (ENSEMBLE)

Dieu est assise et pleure,

La merveilleuse tapisserie de la

création qu'elle avait tissée avec tant de

joie est mutilée, déchirée en lambeaux,

réduite en chiffons.

Sa beauté saccagée par la violence.

Dieu est assise en pleurant, mais voyez,

elle rassemble les morceaux pour tisser

à nouveau. Elle rassemble les

lambeaux de nos tristesses,

les peines, les larmes, les frustrations

causées par la cruauté, l'écrasement,

l'ignorance, le viol, les tueries.

Elle rassemble les chiffons du dur

travail, des essais de plaidoyers,

des initiatives pour la paix,

des protestations contre l'injustice,

toutes ces choses qui semblent petites

et faibles, les mots et les actions

offertes en sacrifice

dans l'espérance, la foi, l'amour.

Elle retisse tout cela

en une nouvelle tapisserie,

Et voyez !

avec les fils d'or de l'allégresse

une création encore plus riche, encore

Dieu est assise, tissant

patiemment, avec persistance

plus belle

que ne l'était l'ancienne !

et un sourire qui rayonne comme un

arc-en-ciel

sur son visage baigné de larmes.

non seulement à continuer à lui offrir

les lambeaux et les chiffons de notre

Et elle nous invite

mais bien plus que cela :

à prendre place à ses côtés,

souffrance

et de notre travail,

devant le métier de l'allégresse

et à tisser avec elle

la tapisserie de la création nouvelle.

 

32-04 O Dieu tout puissant créateur, page 354

 

 

les annonces, l'offrande

 

 

 

 

(à la table de communion)

 

PREFACE

Le SEIGNEUR a fait connaître son salut,il a dévoilé sa justice sous les yeux des nations.3Il s’est souvenu de sa fidélité et de sa constance envers la maison d’Israël ;toutes les extrémités de la terre ont vu le salut de notre Dieu.4Acclame le SEIGNEUR, terre entière !Eclatez en cris de joie, chantez !5Jouez de la lyre pour le SEIGNEUR ;sur la lyre jouez une mélodie ;6avec des trompettes et au son de la trompe,lancez des acclamations devant le roi, le SEIGNEUR !7Que la mer retentisse, avec tout ce qui s’y trouve,le monde avec tous ceux qui l’habitent !

 

 

EPICLESE, PRIERE D'INTERCESSION, NOTRE PERE

Envoie ici ton Esprit, pour que nous recevions, en ce pain et ce vin, une pleine communion.

 

 

PRIÈRE D'INTERCESSION (LECTEUR OU PASTEUR)

Ô Dieu, notre Père du ciel, Nous te remercions pour ce privilège merveilleux de pouvoir t'adorer, toi, le seul vrai Dieu de l'univers. Nous venons à toi aujourd'hui, pleins de reconnaissance que tu nous aies gardés à travers la longue nuit du passé et nous aies fait entrer dans le défi du présent et la brillante espérance du futur. Nous savons, ô Dieu, que l'homme ne peut se sauver de lui-même, car l'homme n'est pas la mesure des choses et l'humanité n'est pas Dieu. Ligotés par les chaînes du péché et de la finitude, nous savons que nous avons besoin d'un Sauveur. Aide-nous à ne jamais laisser quelqu'un ou une situation nous pousser si bas que nous en venions à haïr. Donne-nous la force d'aimer nos ennemis et de faire le bien à ceux qui, méchamment, nous utilisent et nous persécutent. Nous te remercions pour ton Eglise fondée par ta Parole : elle nous provoque à faire plus que chanter et prier, c'est-à-dire à aller dans le monde et travailler comme si la vraie réponse à nos prières dépendait de nous et non de toi. Aussi, finalement, aide-nous à réaliser que l'homme a été créé pour briller comme les étoiles et vivre pour l'éternité. Garde-nous, nous t'en prions, en parfaite paix, aide-nous à marcher ensemble, à prier ensemble, à chanter ensemble et à vivre ensemble jusqu'au jour où tous les enfants de Dieu, Noirs, Blancs, Rouges et Jaunes, se réjouiront en une seule humanité commune dans le Royaume de notre Seigneur et notre Dieu.

Comme ce pain est fait d’épis autrefois dispersés et maintenant réunis, qu’ainsi tous les hommes et toutes les femmes soient rassemblés dans ton amour, et réunis.

NOTRE PÈRE

INVITATION

Le Seigneur Jésus dit : Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. 

Voici que vous avez trouvé grâce devant Dieu. 

Venez et goûtez combien le Seigneur est bon. 

Venez, car tout est prêt.

 

COMMUNION 

 

ACTION DE GRÂCE

Mon âme, bénis l'Éternel! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom!

Mon âme, bénis l'Éternel, Et n'oublie aucun de ses bienfaits! 

C'est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies; 

C'est lui qui délivre ta vie de la fosse, Qui te couronne de bonté et de miséricorde; 

C'est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l'aigle. 

L'Éternel fait justice, Il fait droit à tous les opprimés.

 

 

 

 

EXHORTATION

Allez maintenant annoncer l’Evangile en paroles et en actes. Ayez le souci de la justice, de l’amour et de la paix. Allez avec la promesse de rencontrer Jésus-Christ parmi les plus petits de nos frères et de nos soeurs.

 

Recevons la BÉNÉDICTION de la part de Dieu :

Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ,l’amour de Dieu notre Père, et la consolation du Saint-Esprit soient et demeurent avec vous tous, présents ou absents, visibles ou invisibles, pour le temps et pour l’éternité. Amen.

 

 

pièce de violon (concertant)

.