Menu


Les protestants des 13e et 5e arrondissements de Paris. Temple de Port Royal & Maison Fraternelle

Se saisir des caroubes et de l'amour de Dieu (culte du 17 septembre 2023)



17_septembre_2023.mp3 17 septembre 2023.mp3  (86.22 Mo)

Audio, prédication à 14'49


ORGUE, par Véronique BOMMIER

 

LA SALUTATION ET LA GRÂCE

 

Nous désirons tant de choses nous avons soif de tant de sources assemblés ce matin si divers unis par la seule attente de la Parole de Dieu ou peut-être par un même désir une semblable soif de sa présence nous essayons en ce jour d’écouter sa Parole d’entendre sa voix de dire paisiblement notre prière notre espérance en lui et de chanter que la vie est belle dans la lumière de Dieu ouvrons nos cœurs en Christ Dieu est parmi-nous ouvrons nos oreilles il est la parole faite chair il est venu parmi nous il est venu en nous apportant la grâce et la paix 

 

[DEBOUT]

                        LA LOUANGE    Psaume 84  2Comme elles sont chéries, tes demeures,SEIGNEUR (YHWH) des Armées !3Je m’épuise à force de languir après les cours du temple du SEIGNEUR,mon cœur et ma chair crient vers le Dieu vivant.4Même le passereau trouve un gîte,et l’hirondelle un nid où elle dépose ses petits :tes autels, SEIGNEUR (YHWH) des Armées,mon roi et mon Dieu !5Heureux ceux qui habitent ta maison !Ils te loueront encore.Pause.6Heureux les hommes dont la force est en toi !Ils ont dans leur cœur des routes toutes tracées.7Lorsqu’ils traversent la vallée du Baka,ils en font une oasis,et la pluie d’automne la couvre aussi de bénédictions.8Leur vigueur ne cesse de croître,ils paraîtront devant Dieu à Sion.9SEIGNEUR, Dieu des Armées, entends ma prière !Prête l’oreille, Dieu de Jacob !Pause.10Toi qui es notre bouclier, ô Dieu, vois !Regarde le visage de l’homme qui a reçu ton onction !11Mieux vaut en effet un jour dans les cours de ton temple que mille ailleurs ;j’ai choisi de me tenir sur le seuil de la maison de mon Dieu,plutôt que de résider sous les tentes de la méchanceté.12Car le SEIGNEUR Dieu est un soleil et un bouclier,le SEIGNEUR donne la grâce et la gloire,il ne refuse aucun bienà ceux qui suivent la voie de l’intégrité.13SEIGNEUR (YHWH) des Armées,heureux l’homme qui met sa confiance en toi !    PSAUME 8, STROPHES 1,2, 3 , PAGE 40    [ASSIS]          LA REPENTANCE

Seigneur Dieu nous voulons te dire notre peur de la souffrance du monde te dire aussi notre honte et notre confusion parce que nos propres fautes prolongent et augmentent cette souffrance pardonne-nous Seigneur d’agir si naturellement comme des égoïstes et de ne pas aimer notre prochain avec ardeur et attention pardonne-nous de t’aimer si mal d’attendre toujours tes services au lieu d’être à ton service pardonne-nous d’oublier que notre vrai bonheur est de t’aimer et de te suivre accorde-nous ton pardon qu’il soit notre paix notre joie notre force nous te le demandons au nom de Jésus-Christ amen

PSAUME 100 A, STROPHE 1, PAGE 116

LA DÉCLARATION DU PARDON [LECTEUR]

Voici que je ferai une alliance nouvelle : Je mettrai ma loi au dedans d’eux; je l’écrirai dans leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Je t’aime d’un amour éternel, dit le Seigneur, c’est pourquoi je te conserve ma tendresse.

[DEBOUT]

PSAUME 100 A, STROPHE 2, PAGE 116

LA VOLONTÉ DE DIEU [ LECTEURS]

LIVRE DE L'EXODE Chapitre 23

Le respect des faibles 

1Tu ne colporteras pas de fausse rumeur. Tu n'agiras pas en témoin malveillant pour prêter main-forte au méchant. 2Tu ne suivras pas la multitude pour faire du mal ; tu ne déposeras pas dans un procès en te mettant du côté de la multitude pour faire pencher la justice. 3Tu ne favoriseras pas le pauvre dans son procès. 

4S'il t'arrive de voir le bœuf de ton ennemi ou son âne égaré, tu le lui ramèneras. 5Lorsque tu vois l'âne de ton ennemi se coucher sous sa charge, tu ne l'abandonneras pas ; tu l'aideras à le décharger.

6Tu ne porteras pas atteinte au droit du pauvre dans son procès. 7Tu t'abstiendras de toute parole mensongère. Tu ne tueras pas celui qui est innocent et juste ; car je ne justifierai pas le méchant. 8Tu n'accepteras pas de pot-de-vin : les pots-de-vin aveuglent les gens clairvoyants et ruinent la cause des justes.

9Tu n'opprimeras pas l'immigré ; vous connaissez vous-mêmes la vie de l'immigré, car vous avez été des immigrés en Egypte.

L'année sabbatique et le sabbat

10Pendant six années tu ensemenceras ta terre et tu en récolteras le produit. 11Mais la septième, tu lui donneras du répit et tu la laisseras tranquille ; les pauvres de ton peuple mangeront, et les animaux sauvages mangeront ce qui restera. Tu feras de même pour ta vigne et pour ton olivier.12Pendant six jours tu feras ton travail. Mais le septième jour tu feras sabbat, afin que ton bœuf et ton âne puissent se reposer, que le fils de ta servante et l'immigré puissent reprendre haleine.

PSAUME 100 A, STROPHES 3 ET 4, PAGE 116

                        [ASSIS]

LA PRIÈRE D’ILLUMINATION (ensemble) [LECTEUR]

Seigneur, nous te remercions de nous avoir réunis en ta présence, pour nous révéler ton amour . Fais taire en nous toute autre voix que la tienne. Ouvre, par ton Esprit, nos esprits et nos cœurs à ta vérité. Au nom de Jésus-Christ. Amen


 

LA LECTURE DE LA BIBLE [ LECTEUR]

Luc 15: 11-32

11Il dit encore : Un homme avait deux fils. 12Le plus jeune dit à son père : « Père, donne-moi la part de fortune qui doit me revenir. » Le père partagea son bien entre eux. 13Peu de jours après, le plus jeune fils convertit en argent tout ce qu’il avait et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en vivant dans la débauche. 14Lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à manquer de tout. 15Il se mit au service d’un des citoyens de ce pays, qui l’envoya dans ses champs pour y faire paître les cochons. 16Il a urait bien désiré se rassasier des caroubes que mangeaient les cochons, mais personne ne lui en donnait. 17Rentré en lui-même, il se dit : « Combien d’employés, chez mon père, ont du pain de reste, alors que moi, ici, je meurs de faim ? 18Je vais partir, j’irai chez mon père et je lui dirai : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi ; 19je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes employés.” » 20Il partit pour rentrer chez son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému ; il courut se jeter à son cou et l’embrassa. 21Le fils lui dit : « Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. » 22Mais le père dit à ses esclaves : « Apportez vite la plus belle robe et mettez-la-lui ; mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds. 23Amenez le veau engraissé et abattez-le. Mangeons, faisons la fête, 24car mon fils que voici était mort, et il a repris vie ; il était perdu, et il a été retrouvé ! » Et ils commencèrent à faire la fête.25Or le fils aîné était aux champs. Lorsqu’il revint et s’approcha de la maison, il entendit de la musique et des danses. 26Il appela un des serviteurs pour lui demander ce qui se passait. 27Ce dernier lui dit : « Ton frère est de retour, et parce qu’il lui a été rendu en bonne santé, ton père a abattu le veau engraissé. » 28Mais il se mit en colère ; il ne voulait pas entrer. Son père sortit le supplier. 29Alors il répondit à son père : « Il y a tant d’années que je travaille pour toi comme un esclave, jamais je n’ai désobéi à tes commandements, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je fasse la fête avec mes amis ! 30Mais quand ton fils que voici est arrivé, lui qui a dévoré ton bien avec des prostituées, pour lui tu as abattu le veau engraissé ! » 31Le père lui dit : « Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi ; 32mais il fallait bien faire la fête et se réjouir, car ton frère que voici était mort, et il a repris vie ; il était perdu, et il a été retrouvé ! »

ORGUE BREF


 

PREDICATION

Certains ici le savent peut-être, mais pour accompagner jeudi dernier le culte d'action de grâce pour la famille et les proches de Françoise Johner, j'ai dû préparer entre autres, une prédication tout à fait nouvelle évidemment et adaptée à la situation. Et par la suite, outre le fait qu'il est parfois difficile de produire deux prédications à deux jours d’intervalle, je n'étais pas résolu à vouloir aborder le texte du jour; déjà bien sûr puisque que rien, institutionnellement, ne m'y oblige mais surtout à cause de la gravité de sa problématique; parce que nous avons besoin ces temps-ci d'un peu de légèreté, sans toutefois s'exposer au risque de la remarque « c'est un peu léger, pasteur, ce que vous nous racontez», surtout dans cette introduction qui semble s'éterniser. Mais parfois, la légèreté d'une parole ou d'un propos permet de ne pas ajouter au fardeau de notre condition. Finalement, il vaut mieux s'entendre «c'est un peu léger» que «tu es vraiment lourd».

 

En résumé, je n'ai pas inclus le texte du jour sur votre feuille de culte au moment où j'ai préparé celle-ci, le temps de me laisser trouver un texte biblique déjà que tout le monde (ou presque) connaitrait, ou reconnaîtrait, et aussi pour concevoir une prédication plus légère que celle que j'aurais produite sur le texte officiel du jour.

Ce petit paragraphe pour ceux et celles qui suivent les textes du jour, et se préparent pour le culte.

Et puis aussi pour que vous puissiez inviter des gens au culte, en arguant que votre pasteur commet des introductions improbables mais qui parfois nous arrache le sourire dont nous avions peut-être besoin.

 

Donc, voilà la parabole bien connue des deux fils. Que l'on trouve uniquement dans l'évangile de Luc.

Je me demandais donc avec quel nouvel angle j'allais aborder cette parabole

 

Quand m'est apparue une problématique simple, et qui parcourt tout le récit.

À partir du jeune fils, quand il est avec les cochons, et qu'il se plaint qu'il se serait bien nourri de leurs caroubes, mais qu'hélas, personne ne lui en donne.

Ça saute aux yeux : mais pourquoi ne prend-il pas lui-même les caroubes, seul qu'il est dans son champ, ce n'est quand même pas sorcier ? Ce sont des gousses d'environ 30 centimètres de long, c'est très bon= vous voulez un petit exposé sur les caroubes ?

 

La caroube est le fruit issu du caroubier. Ce fruit renferme des graines qui sont utilisées généralement comme substituant du cacao. Cette plante a été cultivée depuis l’antiquité dans la région méditerranéenne plus précisément en Afrique du Nord, au Proche-Orient, dans les îles Canaries, en Espagne et en Sicile. La caroube est agrémentée par sa saveur chocolatée. En Chypre, on utilise les graines du caroubier pour fabriquer des confiseries. Vous avez sûrement déjà consommé de la caroube car on l’utilise généralement dans la pâtisserie. La caroube, sous forme de poudre appelée encore farine de caroube est connues pour ses vertus médicinales .

 

C'était pour nous détendre un peu. Revenons-en à notre fils cadet: il aurait pu profiter d'une époque où l'on nourrissait normalement les animaux et aller saisir, ce qui aurait pu lui aussi, le nourrir.

Mais non. En fait, quand on prolonge un peu cette idée, le plus jeune fils apparaît comme quelqu'un qui ne semble savoir agir que par le don qu'il reçoit après l'avoir demandé. Et s'il ne reçoit rien, et bien, il va mal.

Quand il a décidé de partir, il a bien dit à son père : Donne moi ce qui me revient. Et il partit. Puis, il dépensa tout; comme un nouveau riche, dit-on. On distingue paraît il les nouveaux des anciens riches dans le fait que les premiers dépensent tout et que les seconds ne dépensent rien. Il s'est mis à vivre comme puisque tout lui avait donné. 

Ensuite, quand la bise fut venue, puisque c'est la même histoire, quand il se retrouva avec ses cochons, là, on ne lui donnait rien, et donc, il se sentit mal.

 

Ensuite, son père lui ouvre les bras avant même qu'il ait pu lui dire entièrement le petit chapelet qu'il lui avait préparé. C'est comme la liturgie du culte protestant, vous recevez la grâce de DIEU avant même de vous repentir. C’est n’est pas un échange, c’est un don. Et puis le veau gras, et puis la fête, du don, rien que du don.

 

Voici donc ma première réflexion. Ce jeune homme là est obligé pour sa vie d’attendre qu’on lui donne.

La question charnière que je me suis donc immédiatement posée était de vérifier que dans ce qu'on raconte sur le fils aîné, celui qui reste, le frustré celui auquel en général le lecteur s'identifie spontanément, celui qui est censé être, d'après l'interprétation courante de cette parabole, l'opposé de son jeune frère, donc vérifier s’il existait des marques de cette opposition entre les deux.

Et non. Au contraire : je fus frappé par cette phrase qui fait partie de sa protestation à ce fils ainé :

Jamais je n’ai désobéi à tes commandements, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je fasse la fête avec mes amis !

 

Encore la notion de donner, qui arrive pour la troisième fois.

Alors je me suis dis, en entendant cette phrase, qu'en fait c'est la même problématique que celle des caroubes. Le fils le plus jeune aurait pu très bien prendre les caroubles qui lui étaient offertes , le fils aîné lui aussi, aurait pu se servir, comme en témoigne son père :

Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi

 

Ce pauvre fils ainé attendait qu'on lui donne, et il n’avait pas réalisé que cela lui avait été déjà donné et que c'était disponible.

Mon hypothèse se concluait donc ainsi : les deux frères ont un comportement similaire : ils ne vivent que dans l'attente du don, et leur défaut, c'est d’être incapables de se saisir de ce qui est disponible, sous leur yeux, sous leurs mains.

Le fils le plus jeune des caroubes, le fils ainé d'un chevreau pour faire la fête avec ses amis, et les deux en fait, de l'amour prodigue de leur père.

 

Ma conclusion est donc fort simple :

Beaucoup nous est déjà donné, mais nous attendons qu'on nous le donne car nous ne savons pas nous en saisir - par un mystère implacable : nous en sommes incapables.

Cela a sans doute à voir avec la notion que la bible appelle le péché, qui, bien au delà de la qualification de certains comportements individuels, exprime plus quelque chose de fondamental dans la condition humaine, une espèce d'aveuglement, de paralysie et d'immaturité constitutive, surtout en termes de comportement collectif; une marque qu'on aurait tort de rejeter comme si elle était une notion surannée. Si personne n'est à même d'identifier la cause de cette marque, l'admettre permet réellement de comprendre non seulement une grande partie de la geste biblique, mais aussi, le ministère du Christ, et la force du pardon de Dieu, qui vient nous accepter dans notre condition propre, avec cette faille béante, celle qui hélas, est un élément déterminant de notre histoire, et qui imprègne notre actualité.

Le péché qui pousse l'humain à se fabriquer des systèmes qui le poussent en rebond à adopter un comportement de prédateur au lieu de se donner à lui-même la possibilité de se saisir sans arracher, ou sans implorer.

C'est ne que parfois dans des situations d'extrême détresse où vous pouvez vous saisir sans l'avoir demandé de ce qu'on viens vous donner.

 

On ne va pas se débarrasser de ce qui fait de nous des humains, de ce qui serait sans doute le véritable propre de l'homme, comme on dit, mais il faudrait déjà au moins entendre l'invitation de ce récit.

Une invitation proprement spirituelle, mais qui aura de fortes répercussions sur nos vies courantes: l'invitation à apprendre à réaliser ce qui nous est déjà donné.

 

Ayant été pasteur de paroisses très diverses, parfois je me suis dis « mais bon sang, pourquoi ne réalisent-ils pas pleinement la chance qu'ils ont, de se voir offrir des espaces et des moments consacrés, simples, musicaux», comment ne voient-ils pas la chance de cette fraternité potentielle qui les entourent, pourquoi ne saisissent -ils pas , pourquoi ne s'investissent-ils pas plus dans, ces lieux et ces moments où on n'ira pas s'acharner pas sur eux pour leur demander plus de productivité, des lieux où un des commandements qui y circulent est «ne jugez pas »? Des lieux où tout le monde par principe est accueilli ?» Vous vivre tout cela y a t-il beaucoup d'alternative? « Pourquoi n'en profitent-ils pas plus et mieux?» Et, puis aussi, souvent, je quitte mon illusoire promontoire, et je me mets moi même à réaliser ce qui m'est donné, à moi aussi, quand je quitte enfin mon surmoi de pasteur à qui je crois qu'on demande en permanence d'être productif et créatif, voire de sauver l'église, Dieu et son Christ». Alors que parfois, je pourrais m'abandonner à la confiance et me nourrir des caroubes qui sont devant mon nez.

 

Revenons au récit. Lequel peut être abordé de multiples façons, mais dont je n'emprunte aujourd'hui qu'un seul chemin.

 

Un simple chemin spirituel, sur lequel on est invité à faire un premier pas suggéré ici: 

Ce Dieu, cet amour, que vous demandez peut-être sans cesse, vous l’avez, vous n’avez qu’à le réaliser, et puis, vous en saisir,

Comme de ces caroubes, très nutritives,

Comme de cet accueil du père pour son fils perdu et retrouvé.

Comme de votre Église, qui n'attend de vous que votre présence.

Comme tous ces éléments, pour faire de votre vie une véritable fête.

 

 

Evitons donc de transmettre à nos prières frustrées cet esprit qui dirait «donne-moi la part qui me revient », mais à penser avant d’ouvrir la bouche de la prière, à d’abord ouvrir les yeux et à tendre notre main sur ce qui est déjà là. 

 

AMEN

ORGUE

[DEBOUT]

LA CONFESSION DE FOI (ENSEMBLE) [LECTEUR]


 

Éternel,

je crois que tu es le Dieu vivant,

que tu es mon Dieu.

Je crois que tu as donné ton Fils

Jésus-Christ pour nous sauver,

il est mon frère, mon ami, mon

Seigneur.

Je crois que ton Esprit nous fait

vivre :

avec plus de foi, plus d’espérance et

plus d'amour.

Je crois que c'est ensemble que nous

avançons vers toi,

et qu'ensemble nous ferons un

monde plus juste.

Mon Dieu, Je crois qu'il n'y a en toi

que du bien,

et que tu nous fais vivre 

éternellement.

49-04, LES TROIS STROPHES, PAGE 777

[ASSIS]

LES ANNONCES L'OFFRANDE

LA PRIERE D'INTERCESSION (ensemble) [LECTEUR]

SEIGNEUR, Souviens-toi de ton Eglise dans le monde entier, et manifeste ta grâce et ta vérité parmi tous les peuples. (un temps)

Souviens-toi de tous ceux qui détiennent, dans ce monde, le pouvoir et la force, et maintiens-les dans la crainte de ton nom.

(un temps) Souviens-toi des malades, des vieillards, des mourants ; approche-toi de ceux qui sont dans le deuil, dans l'anxiété ou l'isolement.

(un temps)

Souviens-toi de tous nos proches, et de ceux que nous nommons en silence devant toi ;

couvre-les de ta protection et environne-les de ta grâce. (un temps)

Dieu tout-puissant, source de toute sagesse, toi qui connais nos besoins avant que nous les exprimions, qui sais aussi combien, dans nos prières, nous ignorons ce qui nous est vraiment nécessaire, aie pitié de nous :

accorde-nous les grâces que, dans notre indignité, nous n'osons pas implorer, et celles que, dans notre aveuglement, nous ne savons pas te demander. Pour l'amour de Jésus-Christ, notre Seigneur. NOTRE PERE

[DEBOUT]

L'EXHORTATION & LA BENEDICTION Seigneur je ne crains rien aujourd’hui aucun danger, car tu es mon bouclier aucune perte car tout t’appartient aucune souffrance car tu m’aides à la surmonter aucune déception car tu veux me donner mieux aucun ennemi car il est aussi aimé de toi aucune difficulté, car tu m’aides à faire face.

Que le Seigneur vous bénisse et qu’il vous garde sur votre chemin, qu’il tourne son visage vers vous et vous donne la paix. 

[ASSIS] ORGUE

.